[Up & Down] Janvier/Février 2015 – Mr Grey et Clint Eastwood au sommet d’Hollywood

Bonjour à toutes et à tous !

Quel plaisir de vous retrouver pour ce premier numéro du Top & Flops, version américaine !

Comme pour la partie française, je vais revenir sur le box-office de janvier à mi-février 2015. À chaque fois, je vous proposerai les blockbusters, les indies et les surprises (bonnes comme mauvaises, bien entendu).

 Up-Down-Box-Office-Into-the-Woods

  • Let’s go Into the woods.

Si le film de Rob Marshall se vautre lamentablement chez nous, aux USA, sorti depuis décembre (et donc en continuation), il chantonne et fanfaronne gaiement. Avec en plus trois nominations aux Oscars (dont costumes et décors et meilleur second rôle pour Meryl Streep), la comédie musicale a pris une autre tournure. Et ainsi, ce sont déjà 126 millions de billets vers engrangés ! Carton plein donc, d’autant que Nine, le précédent “musical” de Marshall, n’avait cumulé que 20 millions de dollars.

 

  •  Liam Neeson revient pour la troisième et (normalement) dernière fois et il n’est pas content !

Et le moins que l’on puisse dire est qu’il ne fait pas les choses à moitié : 86 850 000 billets verts dans les caisses des cinéma. C’est énorme et rien qu’avec les USA, le film d’Olivier Megaton a remboursé son budget… mais… mais, c’est à l’international qu’il engrange le plus d’argent (182 millions de $). Alors oui, on peut se réjouir qu’une production française soit aussi forte mais en fait Taken 3 n’égalera que difficilement le score du numéro 2 (139 millions) et surtout du premier volet (145 millions dont 62% sur le sol américain contre 37% aujourd’hui). Je ne vais pas faire la fine bouche car Besson a encore vu juste mais si un quatrième volet doit voir le jour, il faudra renouveler l’intrigue pour que l’on n’est pas l’impression de se trouver comme devant Scream 4.

  • En route pour Jupiter maintenant avec les Wachowski

Aux USA, aussi étrange que cela puisse paraître, Lana et Andy jouissent encore d’une flatteuse réputation. En effet, même si Speed racer fut un flop (43,9) et Cloud Atlas, le space opera délirant mais un peu trop confus pour nos amis d’outre-Atlantique (27,1), ils sont les rois des univers visuels délirants, des créateurs de folie aux univers impressionnants, oniriques (oui c’est un mot compliqué qui signifie . Et je trouvais qu’il faisais joli ici) et colorés. Ils ont remis ça pour Jupiter ascending (scénario inventif même si tout n’est pas toujours très clair) où Mila Kunis et Channing Tatum entre autres (qui sont très à l’aise et parfaits) se meuvent dans un univers intergalactique incroyable. C’est fun, délirant et on passe un moment des plus agréables. Bon c’est bien gentil me direz-vous mais est-ce que le budget est remboursé ? À l’heure actuelle, non pas encore. Et pourtant : 32 551 000 de dollars aux USA et 58 900 000 à l’international, soit déjà 91,4 millions de recettes pour un budget de 176… et seulement en 9 jours. Le remboursement est assuré : le film est un succès !

JUPITER ASCENDING

Jupiter : le destin de l'univers, un film Warner Bros. France

On conclut avec deux blockbusters pour les plus jeunes : Bob et Larry.

  • Bob l’éponge – le film : un héros sort de l’eau de Paul Tibbitt. Yahouh !!! 93,6 millions en 9 jours pour un budget de 74 millions de dollars. Carton plein car le film peut envisager les 150 millions au final, rien que sur son propre sol… et peut être les 200 avec l’international, même si en France, le personnage n’est pas aussi célèbre que ses autres compères américains.

  • La nuit au musée : Le secret des pharaons de Shawn Levy. C’est émouvant de voir une dernière fois Robin Williams, c’est émouvant de se dire que l’aventure de Larry s’arrêtera là finalement. Et c’est une belle réussite de nouveau : 111 millions de dollars de recettes pour un budget de 127 millions, et à l’international, c’est encore plus fort : 213,8 millions. Cependant, même si là aussi, on peut se réjouir de ce succès car c’est mérité, c’est très faible par rapport aux deux précédents volets. Pour résumer, Ben Stiller et ses petits camarades passent de 250 millions de dollars à seulement 111 pour le moment sur le sol US. Et malheureusement, ce ne devrait pas faire d’autres étincelles. Un blockbuster qui échoue finalement.

 


Up-Down-Box-Office-American-Sniper

  • S’il y a bien une star qui peut être heureuse, c’est Angelina Jolie. Son second long, Invincible, magnifique biopic sur la vie de Louis “Louie” Zampirini, s’est offert le luxe d’obtenir 114 837 420 dollars de recettes au box-office. Son premier long, au pays du sang et du miel, avait cumulé 303 877 dollars… son audience avait été assez faible mais son talent de directrice d’acteurs reconnu. Avec ce succès pour Invincible (Unbroken en V.O) qui tient à l’exceptionnelle interprétation de Jack O’Connell et le scénario des frères Coen, Angelina Jolie a reçu trois nominations aux Oscars.

 

  • The boy next door de Rob Cohen. Et si Jennifer Lopez réussissait à redevenir bankable ?! En tout cas, c’est bien parti… en trois semaines, ce petit thriller sans prétention a déjà remboursé son budget de départ (4 millions de $) pour atteindre un score record de 33,8 millions de dollars… et le film devient ainsi le plus rentable de 2015… certes, l’année ne fait que débuter mais là en si peu de temps, c’est du record.

  • Le film qui suit est classé parmi les indies, et c’est très compliqué. Il arrive souvent que les petits films indépendants engrangent des billets verts pour devenir des succès voire des cartons. Quant on parle de Clint Eastwood, il est difficile de classer le réalisateur. Prenons deux exemples : Space cowboys est un blockbuster mais Million Dollar Baby est un film indépendant. Et pourtant ces deux films ont réussi à rembourser leur budget et ont dépassé les 100 millions. Pour American sniper, le cas est vraiment spécial : 58,8 millions de budget (donc un film à la limite) mais 304 133 000 dollars de recettes cumulées pour le moment, sur le seul sol national ! Ce n’est plus un succès, c’est un phénomène de société. Il faudra voir ce que cela donne sur le sol français dès mercredi mais le sujet étant polémique et purement patriotique, il se peut qu’Eastwood n’atteigne pas les mêmes sommets qu’avec Gran Torino par exemple… mais comme toujours Wait and see… d’autant avec ses six nominations aux Oscars, cela pourrait changer la donne finale.

 

  • On conclut les indies avec Michael Mann : Heat, Ali, Collateral, Public ennemies… quelle filmographie ! En associant Chris Hemworth à sa dernière réalisation, Mann pensait sans doute renouveler l’exploit de révéler l’acteur comme il le fit pour Jamie Foxx. Hélas : Blackhat (qui devient Hacker chez nous) n’attire pas les foules. Seulement 7,9 millions de recettes pour un budget évalué à 70 millions. Un dixième de succès voire un four complet qui ne sera pas rattrapé à l’international : malheureusement, le retour à l’action n’est pas une réussite.


Up-Down-Box-Office-Paddington

  • Il est mignon, gaffeur et terriblement touchant. Et s’il est un véritable héros outre-Manche, il a réussi sa découverte du continent américain. Si Paddington (de Paul King) engrange 62,343 millions de dollars de recettes, son box-office international est un vrai record (154,2 millions). Cependant, en se concentrant uniquement sur le sol américain, l’ourson aura droit à de nouvelles aventures de part le monde… et pourquoi un retour sur ses terres péruviennes d’origine ? En tout cas Studio Canal est content.

  • En revanche, ça ne va pas fort pour Le Septième Fils qui était d’abord sorti en Europe avant de se vautrer lamentablement aux USA. Avec seulement 13,4 millions de dollars de recettes en 9 jours, on peut douter de la possibilité du lancement d’une nouvelle franchises… même si le budget est comblé grâce aux résultats à l’international. Alors, peut être que “le syndrome Percy Jackson” frappera de nouveau pour permettre une suite… qui pourrait être normal tant les livres de l’épouvanteur sont incroyablement bien écrits.
  • Reste le cas de Johnny Depp pour conclure les surprises du mois : Charlie Mortdecai n’a donc pas connu le succès escompté, malgré sa drôlerie (oui enfin drôlerie), malgré son univers coloré : 7,6 millions de recettes pour un budget de 60… Qu’ajouter de plus ? Qu’écrire qui n’a pas encore été écrit sur cette perte du mojo de Depp ? À part un projet avec Tim Burton ou un nouveau Pirate des Caraïbes, Johnny est plutôt dans la mouise… on va le laisser à son voyage de noces avec Amber Heard et je suis certain qu’on le retrouvera tout pimpant prochainement !

 


Up-Down-Box-Office-Oscars

Histoire d’être prêt pour le week-end prochain, voici juste le box-office des films qui pourraient obtenir la précieuse statuette dans la nuit de dimanche à lundi… certes les chiffres ne signifient pas que l’Oscar est à portée de main, mais ils dessinent une tendance. En tout cas, tenue de soirée de rigueur en compagnie de Neil Patrick Harris.

  • American Sniper : 304 millions de $
  • Birdman : 36,4 millions de $
  • Boyhood : 25,2 millions de $
  • Selma : 48,2 millions de $
  • The Grand Budapest Hotel : 59,1 millions de $
  • The imitation game : 79,6 millions de $
  • The theory of everything : 33,2 millions de $
  • Whiplash : 10,4 millions de $

Si Eastwood ne l’aura pas car il l’a déjà obtenu plusieurs fois, et c’est surtout la composition de Bradley Cooper qui est remarquable, le combat aura lieu entre Boyhood qui a tout gagné depuis qu’il est nommé et Birdman (même si Iñárritu devrait récupérer la statuette du meilleur réalisateur). Quant à the imitation game, la nomination est déjà un beau cadeau (même si personnellement, je lui donnerai bien l’Oscar du meilleur film) et the theory of everything sera récompensé par la statuette pour Eddie Redmayne. Enfin, reste la surprise possible : et si Wes Anderson recevait l’Oscar ? Ce serait une belle nouvelle et une récompense amplement méritée !

Source : Box-Office Mojo (http://www.boxofficemojo.com/)


Up-Down-Box-Office-Fifty-Shades-of-Grey

Monsieur Grey aura réussi à recevoir beaucoup de jeunes filles dans son bureau qui auront accepté de payer le prix fort pour une leçon particulière de sexe sadomasochiste… et déjà 81 670 000 de dollars au box-office en deux jours ! En l’espace de 5 jours d’exploitation, le film a enregistré pas moins de plus de 1.6 millions d’entrées en France, entraînant ce Fifty Stades of Gy a la seconde position des plus gros démarrage en France pour un film Universal, juste derrière Jurassic Park. Que voulez-vous que j’ajoute à ça ? À part me lancer dans l’écriture d’un “mommy porn”, je ne vois pas ce que je peux faire de plus !

Allez la meilleure bande-annonce qui soit quand même, pour vous mesdemoiselles :

See you dans un mois… of course ! Et d’ici là, n’hésitez pas à aller au cinéma : Enjoy !

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *