Thor: Ragnarok réalisé par Taika Waititi [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : “Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”139″]


Avant toute chose, permettez-moi une explication de texte : la question à se poser n’est pas qui est Ragnarok mais plutôt : “c’est quoi ?” Dans la mythologie nordique, le Ragnarök est la fin du monde. En clair, c’est cette bonne vieille Apocalypse qui intervient dans l’univers de notre héros au marteau. Soyons précis, d’après les textes mythologiques, il est prévu qu’Odin comme Thor y trouvent la mort ! Vous voilà prévenu ! Ragnarok n’est donc pas le personnage interprété par Cate Blanchett. Au contraire, elle est Hela, la première super-vilaine à avoir les honneurs d’une adaptation sur grand écran. Un personnage trouble dont il serait indécent de révéler les raisons de l’existence… on vous laisse la surprise ! Pour le reste du film, il y aura des combats, un affrontement final épique, des moments d’émotion. Donc en clair, un Marvel habituel ? En fait non ! Tout tient surtout à la personnalité du réalisateur et au choix plus que pertinent d’amener Cate Blanchett à devenir cette méchante incroyable qui désormais occupera une belle place au panthéon des “vilaines” de cinéma.

Passons aux choses sérieuses ! Il est comment ce troisième volet des aventures de Chris Thor Hesmworth ? On va tenter le zéro spoiler, mais autant vous prévenir de suite, Natalie Portman ne revient pas et ne semble plus devoir revenir en tant que docteur Jane Foster. C’est ainsi, il faudra en faire son deuil. Revenons à nos moutons : l’originalité de ce Thor: Ragnarok est l’ouverture au centre du monde du démon Sutur que Thor va affronter et vaincre, car celui-ci a promis le : Ragnarok. Suite à cette victoire et son retour sur Asgard, tout va forcément déconner ! Odin n’est plus là, Loki est toujours aussi intenable et il va falloir rencontrer le Doctor Strange pour retrouver le père des dieux nordiques. Le réalisateur montre qu’il dirige à la perfection ses acteurs puisque Anthony Hopkins n’en fait pas des tonnes, se montrant même émouvant. Et surtout il recrée à la perfection la mésentente entre les deux frères ennemis. L’originalité vient également du scénario  de Craig Kyle qui propose l’arrivée d’Hela (démoniaque Cate Blanchett) pour être la nouvelle reine d’Asgard au point de tout vouloir détruire et soumettre. Elle réussit au passage à expédier dans le royaume de Sakaar, superbe décharge à ciel ouvert où règne le Grand Maître (fantasque Jeff Goldblum), les deux frangins.

La suite vous la connaissez plus ou moins grâce aux trailers : Thor va retrouver Hulk qu’il va devoir affronter, mais surtout, il va tout faire pour s’enfuir de Sakaar pour sauver son monde et détruire Hela. Pour l’épauler, le réalisateur va s’appuyer sur un casting épatant : Idris Elba a enfin la place qu’il mérite. Tessa Thompson fait une apparition prévue pour durer dans les prochaines aventures des Avengers. Et surtout le retour de Bruce Banner, alias Hulk, ajoute au délire ambiant (on appréciera le pantalon que porte Mark Ruffalo au passage). En regardant bien ces nouvelles aventures, Taika Waititi réussit à renouveler les aventures et mésaventures de Thor pour le rendre incroyablement humain, moins imbu de lui-même et surtout drôle. Le réalisateur s’appuie sur le potentiel comique de Chris Hemsworth pour créer le ton décalé qui manquait très certainement à ce héros. La star est le scénario : chaque actrice et chaque acteur ont droit à leur moment de bravoure humoristique. Tout le monde prend plaisir sur le plateau, cela se ressent dans l’image, dans le son et dans l’histoire qui malgré sa longueur n’ennuie jamais. Taika Waititi renouvelle enfin la licence Thor, lui donne une couleur décalée qui lui manquait et réussit surtout à rendre mal élevé cette saga afin de relancer le Marvel Cinematique Universe qui commençait sérieusement à tourner en rond. Deux précisions pour finir : ne soyez pas en retard, vous pourriez manquer des caméos hilarants. Enfin, sachez que pour la première fois, le film a été entièrement réalisé en Australie : patrie de Cate Blanchett et Chris Hemsworth.

Marvel le plus mal élevé de l’histoire des super-héros (on exceptera Deadpool et Les Gardiens de la Galaxie qui sont désormais rentrés dans le rang),à cause de deux premiers films aux qualités des plus discutables, Thor s’offre une cure de jouvence avec le film Thor: Ragnarok. Ce troisième volet des aventures du Dieu nordique parvient à être suffisamment décalé pour à la fois filer la pêche et donner envie de suivre Thor jusqu’au bout dans son affrontement avec une Cate Blanchett impériale !

[usr 4]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *