Populaire {Retranscription d’interview}

Le 25 octobre 2012 avait lieu une avant-première à l’UGC d’Atlantis à Saint-Herblain et lors de cette avant-première étaient présents le réalisateur Régis Roinsard et l’actrice principale Déborah François. C’était donc l’occasion rêver pour leur poser quelques questions sur cet excellent film.

– Régis Roinsard, Populaire est votre premier film et avant de vous consacré à ce film qu’avez-vous fait ?

Régis Roinsard : J’ai fait toute sorte de chose en relation de prêt ou de loin avec le cinéma, tel des clips pour divers artistes ainsi que plusieurs courts métrages.

– On sait qu’une première réalisation est toujours un moment assez complexe, donc d’où vous est venue l’idée de faire un film sur la dactylographie ?

Régis Roinsard : Comme je l’ai dit précédemment, j’ai réalisé quelques courts-métrages et documentaires et l’un des documentaires dont je me suis occupé revenait sur le métier de secrétaire et plus particulièrement sur la dactylographie. La dactylographie y était représentée comme une activité sportive et ça m’a captivé. Je me suis demandé comment des personnes pouvaient se mettre en tête de faire de la dactylographie comme sport. L’idée d’en faire un film m’est tout de suite venue à l’esprit ainsi que le personnage de Rose Pamphyle. Je me suis donc énormément documenté sur la dactylographie et j’ai également rencontré d’anciennes championnes de la pratique qui m’ont appris tout un tas de choses sur ce sport et les concours de dactylographie.

– En plus de cette recherche, vous avez dû en effectuer d’autres pour avoir une fidèle retranscription de l’époque (fin des années 50).

Régis Roinsard : Oui. Je voulais absolument que le film se déroule durant la fin des années 50. Cette une période que j’aime beaucoup et j’avais envie que ce soit un mélange entre le cinéma américain des années 50 et la vision de la France sur ce cinéma et cette période. On s’est donc approprié cette vision qu’on a de cette époque pour la retranscrire en France avec tous les détails.

– Une question maintenant pour Déborah François, qui concerne les séquences de dactylographie. Est-ce réellement vous qui tapez sur la machine ?

Déborah François : Oui c’est bien moi. Tout d’abord, j’étais très très motivé pour faire le film et j’ai eu la chance de pouvoir m’entraîner à la dactylographie pendant 4 mois de préparation avant le début du tournage, ce qui nous fait en tout 7 mois en comptant le temps du tournage. Pendant que Romain (Duris) lui s’entraînait à m’observer taper (en rigolant). La dactylographie est un réel sport et on peut se blesser. Au tennis il existe le tennis-elbow (qui est une luxation du muscle du bras porteur), pour la dactylographie c’est pareil, il y a le dactylo-elbow et c’est très douloureux !

– Pour un premier film, vous possédiez un budget assez conséquent, comment avez-vous réussi à convaincre les producteurs et notamment Alain Attal de s’associer à votre projet ?

Régis Roinsard : J’ai eu énormément de chance. Lorsque le script était fini, je l’ai directement envoyé à Romain Duris et à Déborah (François) et ils ont tous deux donné une réponse positive en moins de trois jours. Ce qui était fabuleux et incroyable pour moi.

– À Déborah François, pourquoi avez-vous accepté aussi tôt de jouer dans ce film ? Est-ce l’époque qui vous a attirée ?

Déborah François : Bah il faut d’abord dire que très peu de femmes veulent jouer avec Romain Duris, ce qui est compréhensible, car il est très mauvais, ne travaille jamais et surtout on ne peut pas dire qu’il soit beau ! (en rigolant). Non, franchement le script m’a énormément plu et je me suis directement mis dans la peau de Rose. Durant la lecture je me suis identifié à elle et je voulais absolument faire ce film.

Régis Roinsard : Oui, elle s’est réellement battue pour avoir ce rôle et a très vite réussi à nous convaincre qu’elle serait parfaite pour le rôle de Rose Pamphyle.

– Comme les spectateurs vont le voir, Populaire est un film qui ne manque pas de couleurs et il faut souligner que le directeur de la photographie du film n’est autre que Guillaume Schiffman qui a récemment reçu un Oscar pour son travail dans The Artist.

Régis Roinsard : Oui et il a encore fait un travail remarquable sur Populaire. Il a réussi à faire ce que je voulais, c’est-à-dire un film qui arrive à retranscrire une époque ainsi qu’un sport qu’est la dactylographie.

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *