Le Secret de Brokeback Mountain, un secret à taire (Chronique | Pépite)

Brokeback-Mountain-Pépite


Que raconte le secret de Brokeback Mountain ?

Synopsis : Eté 1963, Wyoming.
Deux jeunes cow-boys, Jack et Ennis, sont engagés pour garder ensemble un troupeau de moutons à Brokeback Mountain.
Isolés au milieu d’une nature sauvage, leur complicité se transforme lentement en une attirance aussi irrésistible qu’inattendue.
A la fin de la saison de transhumance, les deux hommes doivent se séparer.
Ennis se marie avec sa fiancée, Alma, tandis que Jack épouse Lureen.
Quand ils se revoient quatre ans plus tard, un seul regard suffit pour raviver l’amour né à Brokeback Mountain.


 Le contexte :

En 2006, je suis célibataire… (histoire de vous mettre la larme à l’oeil). Et vous de vous exclamez : “Quoi un petit Suricate seul ? Une petite boule de poils célibataire ???”

Bref, là n’est pas le sujet !

En janvier 2006, tout le monde sort des fêtes et des voeux de bonne année, et les dernières vapeurs de joie et de célébration m’ont laissé dans un état un peu pitoyable… aussi rien ne m’a préparé au choc cinématographique de ce 18 janvier. Et pourtant, des histoires d’amour, j’en ai déjà vues… mais même si je suis un incurable romantique (prochainement, une pépite reviendra sur LA comédie romantique par excellence).

Et même si je suis ouvert à toute forme d’amour, le 18 janvier au soir, c’est ému et en larmes que je suis sorti de la salle de cinéma. Ce film résonnant en moi bien plus que par le seul fait que je sois à l’époque célibataire. Cette histoire d’amour hors norme, cachée et secrète reste à tout jamais une bouleversante claque que je me suis prise en pleine face !


Un amour de pépite ? 

Seconde adaptation pour Ang Lee, après le divine surprise que fut Raisons et Sentiments (adapté de Jane Austen), il se frotte ici à la nouvell
e d’Annie Proulx, Brokeback Mountain : un drame romantique.

L’histoire est simple : deux personnes seules gardent un troupeau de moutons, se rapprochent durant les nuits longues et froides et tombent amoureuses. Et bien évidemment, cet amour est impossible !

Nous sommes en 1963 dans le Wyoming où l’amour entre deux cow-boys est totalement impossible, risible et surtout dangereux… on n’aime pas les homosexuels, on les traite comme du bétail… et on élimine la différence, car elle fait peur, à coups de matraque et de mort.

Et tandis qu’ils vont retourner à leur vie personnelle, à leur mariage puis leur famille, l’amour entre Ennis (Heath Ledger) et Jack (Jake Gyllenhaal) va grandir à chacune de leurs rencontres pour devenir une irrésistible attirance à chacune de leurs retrouvailles. Et où tous ces moments volés vont créer une vie ordinaire pesante, lourde, difficile à gérer car ils vont se rendre à l’évidence qu’ils ne peuvent se passer l’un de l’autre.

Jack et Ennisbrokeback-mountain-chronique


La force de l’interprétation

Un tel film est toujours difficile à mettre en place et à réaliser. D’une part parce que la censure américaine veille à ce que le film ne heurte pas la bien-pensance de la société et d’autre part, parce que les scènes de sexe sont suffisamment explicites pour que les deux acteurs voient leur intimité montrée et dévoilée sur le grand écran, avec des conséquences possibles et un impact certain sur le futur de leur carrière.

Et rendons grâce à Ang Lee d’avoir su filmer deux acteurs de talents : Heath Ledger (qui sera Ennis, le cow-boy renfermé) et Jake Gyllenhaal (qui campera un Jack extraverti au possible) qui prirent ces rôles à bras-le-corps.

À l’époque, Ledger est un acteur dont l’aura bankable commence à apparaître mais n’a pas encore été le fameux Joker de Nolan. Dans le même temps, Gyllenhaal après le choc Donnie Darko, sort juste du blockbuster le Jour d’après. Et surtout sa performance dans Jarhead (de Sam Mendes quand même) le rend indispensable… pourtant il n’est pas encore sur le devant de la scène.

En décidant tous les deux de devenir ces cow-boys amoureux mais obligés de ne pas accepter cette passion, d
igne d’une tragédie grecque, ils ont dû développer plus rapidement leur amitié, au point qu’à la fin du film, Jake deviendra le parrain de la fille que Heath Ledger et Michelle Williams auront eu. En effet, cette dernière tombera amo
ureuse de l’acteur australien, formant ce couple serein à la ville plus qu’il ne l’était à l’écran.

Bien évidemment, il faut évoquer le rôle d’épouse d’Anne Hathaway qui interprète ici une cowgirl totalement enragée et tenant tête à Jake. Elle sort enfin de ses rôles de princesse et de conte de fées qui l’ont amené comme “chouchoute des adolescentes”. À eux quatre, ils sont les éléments forts de cette histoire d’amour tourmentée.


Une réalisation compliquée ?

Ang Lee savait qu’en adaptant cette nouvelle, il se heurterait à deux problèmes : extraire une histoire qui tienne la distance par rapport aux 55 pages de la nouvelle et trouver les acteurs qui accepteraient de se dévoiler et de s’aimer face à la caméra. Billy Crudup, Colin Farrell et Josh Hartnett avaient été pressentis mais ont refusé le rôle ou ont vu leur emploi du temps ne plus correspondre au moment du tournage.

Heath Ledger et Jake Gyllenhaal ont accepté ces rôles pour lesquels il leur a fallu peu de temps pour se décider. Surtout pour le premier qui déclara : “J’étais très confiant de ce que deviendrait cette histoire entre les mains d’Ang Lee , explique-t-il. J’avais adoré le scénario parce qu’il était mûr et fort. Je n’avais encore jamais joué dans une histoire d’amour digne de ce nom.

Tout était prêt pour filmer en décors naturels (la région des Canadian Rockies, Cowkey, Fort MacLeod et Calgary), cette histoire incroyable.


Et finalement ?

Toute personne qui découvre le Secret de Brokeback Moutain en ressort profondément bouleversée et émue. Croyez-moi votre petit coeur va chavirer totalement face à cet amour mesuré.

Oui, tout est mesuré dans le film d’Ang Lee : la tension amoureuse, la montée de l’attirance entre les deux hommes, la répulsion et les tourments intérieurs (la scène de la première séparation entre Ennis et Jake témoigne des peurs et angoisses qui agitent le personnage d’Ennis face à ce qui est pourtant évident : l’amour !).

Et cette atti
rance-répulsion se remarque également dans les couples mariés qui s’affrontent, ne se comprennent pas et finalement se séparent, car on suit l’histoire des retrouvailles d’Ennis et Jack sur plus de 30 ans : de moments intimes en échanges amoureux forts et émouvants.

Et les scènes sont toutes sublimes : 
  • les regrets de Jack à chaque séparation,
  • l’isolement de plus en plus progressif d’Alma à chaque départ puis retour d’Ennis (car elle sait tout mais ne dit rien),
  • le final émouvant où Ennis découvre la famille de Jack avec la scène de la chemise où tout est éclairé… on comprend mieux pourquoi ce dernier s’attachait tant à Ennis, pourquoi il était aussi exubérant. Et c’est là que l’amour se révèle le plus, qu’Ennis ose enfin se dire qu’il aime cet homme et que l’on constate le gâchis.

9005633_1280x720

Et au box-office ?

Très belle réussite tant aux USA, qu’en France et dans le monde.

Si aux USA, le film récolta 83 043 761 $ pour un budget initial de 14 millions, sa carrière internationale lui fit tutoyer les sommets : 178 062 759 $.

Et en France, ce sont 1 342 036 spectateurs qui ont pleuré l’amour impossible des deux héros.

Et les récompenses pleuvent :
  • 1 Lion d’Or à Venise
  • 3 Oscars
  • 4 Golden Globes
  • 4 Bafta
  • et 3 prix parmi les plus prestigieux remis par la guilde des réalisateurs, producteurs et des scénaristes d’Amérique : rien que ça !

Mais pas l’Oscar du meilleur film qui fut remis à Crash (Collision en français) car apparemment les votants auraient été un peu frileux de couronner un film ouvertement gay ! (Excusez-moi mais en 1970, l’Académie n’a pas été frileuse pour remettre l’Oscar du meilleur film à Macadam Cowboy, classé X et ouvertement gay ! Et l’époque était bien plus frileuse qu’aujourd’hui ! Bref…).


Un Mot de Conclusion...

10 ans après, que reste-t-il du Secret de Brokeback Mountain dans les mémoires pour que ce film devienne une pépite ?

Un sentiment d’impuissance, une rage contenue car cette histoire qui a fait chavirer les coeurs dépassent simplement le fait d’être un amour homosexuel pour devenir un histoire universelle digne de Roméo et Juliette, car là également personne ne veut de cette romance : un pari réussi pour Ang Lee !

Et moi ? 10 ans après, à chaque visionnage je suis tout aussi effondré et terrassé que lors de la première fois et avec l’envie d’aimer encore plus fort, sans barrière, sans frontière, sans peur… juste avec l’envie d’assumer les sentiments que l’on éprouve pour l’autre. Avec les réminiscences de l’intolérance lors du débat pour le mariage pour tous (mais pourquoi débattre ? L’amour est universel non ?), ce film a gagné en notoriété et est devenu un étendard pour la tolérance, montrant surtout ce que pouvait entraîner le fait de ne pas accepter l’autre dans sa différence : la mort.

Et enfin, l’envie de se laisser surprendre par la rencontre…. car là où est la pépite, c’est que le Secret de Brokeback Mountain nous apprend qu’il est bon d’accepter l’autre dans toute sa différence, accepter l’amour qui peut surgir au détour d’un mot, d’un regard, d’un geste : être ouvert à l’autre malgré tout ce qui nous entoure.


Commentaires Facebook

3 commentaires sur “Le Secret de Brokeback Mountain, un secret à taire (Chronique | Pépite)

  1. j’adore ce film…vu et revu et revu – mais la fin me laisse sceptique ; je ne comprends pas “je te jure…” mais il jure quoi??? je reste sur ma fin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *