[Critique] The Guard (Camp X-Ray) réalisé par Peter Sattler

Camp-X-Ray

Synopsis : “Décidée à rejoindre l’armée, Cole, jeune idéaliste, se retrouve affectée dans une prison militaire de haute sécurité. Entre les détenus hostiles, les coéquipiers agressifs, et les règles à faire respecter, son quotidien se révèle vite rude et violent. Sa bulle d’oxygène, c’est l’étrange relation de proximité qu’elle commence à nouer avec l’un des prisonniers. Mais à trop vouloir franchir les limites, Cole joue dangereusement avec le feu…”


Pour une première réalisation, on ne peut pas dire que Peter Sattler a fait sensation auprès de son public. Sorti le 17 octobre 2014 dans les salles américaines, Camp X-Ray a amassé un peu plus de treize mille dollars avec une sortie limitée sur seulement 7 salles. Un chiffre extrêmement pauvre, mais avec une sortie limitée et une mise à disposition très rapide en téléchargement, difficile d’espérer mieux pour ce film indépendant au budget d’un million de dollars. Tout cela fait que ce fameux Camp X-Ray ne sort que 8 mois plus tard en France. Et ce, directement en DVD et Blu-Ray. Acclamée dans différents festivals de cinéma, retrouvons-nous bel et bien une Kristen Stewart à son apogée dans ce film ? Connue pour son interprétation de Bella dans la saga Twilight, Kristen Stewart réussie avec difficulté à se détacher de cette saga. Et ce, même 3 ans après la sortie de son dernier opus. Après avoir impressionné dans le très beau Sils Maria réalisé par Olivier Assayas, l’actrice américaine persévère dans le cinéma indépendant et s’attaque à un rôle tout aussi délicat dans le film Camp X-Ray.

Cole est jeune, Cole c’est engagée dans l’armée, mais Cole est une femme. Quiconque ait une pensée moderne et ouverte dira que la phrase qui précède est sortie d’un autre temps. Il n’en est rien. Encore aujourd’hui, on a besoin de rappeler la place de la femme dans notre société et qu’elle n’est pas dénuée de charisme ou de détermination. Au travers de ce film, Peter Sattler dénonce, comme beaucoup l’on fait avant lui, la façon dont peuvent être traitée les femmes au sein de l’armée, voire au sein d’une société. Même si cette dernière n’est pas au front, mais gardienne dans une prison de haute sécurité. La volonté du metteur en scène est bonne et nous prouve encore et toujours que notre société peine à évoluer, mais malheureusement il ne va pas au-delà de cette simple dénonciation. Camp X-Ray est un film profondément humaniste et qui se contente du minimum syndical. Par la création d’un lien de proximité entre un prisonnier musulman et une jeune femme militaire, le film se place comme un défenseur de la cause humaine. Le musulman pratiquant est censé dénigré la gente féminine et la jeune femme est censé être frêle et fragile. L’union par l’amitié des deux, prouve que tout est possible. C’est beau ! C’est surtout l’incarnation même de la facilité.

Reposant sur ses deux personnages principaux, le scénario souhaite établir l’ordre en criant haut et fort qu’il ne faille pas se fonder une opinion sur une personne à partir de son pays d’origine ou de celui de sa famille. Deux personnages dont on se fait une image dès les premières minutes, à cause de la société, mais qui vont s’avérer être en marge de cette même société. Le film joue sur les a priori que l’on peut donner aux personnes et va par cela réussir à créer une affection du spectateur envers ces personnages que tout oppose. Si Camp X-Ray essaye de se faire une belle image grâce à son message humaniste et plein d’espoirs, il n’en reste pas moins qu’une petite romance convenue et prévisible. Ils vont se découvrir puis apprendre à mieux se connaître. L’amour qui y est présenté n’est pas le même que dans une romance, mais le but est le même, ainsi que le scénario dans sa globalité. Le récit se concentre essentiellement sur les moments de dialogues avec le couple d’acteurs principaux. Que ce soit en terme d’écriture ou de mise en scène, tout ce qui entoure cette liaison amicale amenant l’humanisme est fantomatique. Qu’il s’agisse de la prison en elle-même ou des personnages secondaires, ils sont inexistants et simplement exploités de manière stéréotypée. Une prison peut-être l’endroit propice à développer le message et cette tension amicale qui se créer entre les personnages. Cet endroit fermé et déshumanisé qui est à l’opposé de ce que cherche à mettre en valeur le film n’est pas exploité, notamment par la photographie qui est ici insipide.

En Conclusion :

Camp X-Ray est typiquement le film qui aurait pu nous dévoiler les talents et l’audace d’un metteur en scène, mais il semble qu’il lui en manque un. Néanmoins, Camp X-Ray n’est pas un mauvais film. En sus de son message humaniste et de la relation entre ses deux personnages qui est intéressante et attachante, il subsiste deux grands acteurs : Kristen Stewart et Peyman Moaadi. Alors que le second est déjà un acteur confirmé et nous avait déjà prouvé à deux reprises l’étendue de son talent dans les films d’Asghar Farhadi : ArdoiseA Propos d’Elly et Une Séparation, la première se confirme et sort de sa carapace. Un personnage dont l’écriture est limitée puisqu’on ne sait absolument rien d’elle et là est l’un des problèmes du film, mais dont elle arrive à extraire une humanité et une fragilité touchante sans jamais agacer. Elle est juste d’un bout à l’autre et même si elle porte littéralement le film sur ses épaules, on regrette le manque de développement du personnage. On aimerait en savoir plus sur cette Cole, ainsi que sur le prisonnier, mais à aucun moment leurs histoires ne nous seront racontées. Un défaut qui occulte partiellement l’attachement du spectateur envers les personnages. Camp X-Ray, un film interprété avec brio par Kristen Stewart et Peyman Moaadi, mais à l’écriture et la technique médiocre.


 

Camp-X-Ray-Kristen-Stewart-Image-1 Camp-X-Ray-Kristen-Stewart-Image-2 Camp-X-Ray-Kristen-Stewart-Image-3 Camp-X-Ray-Kristen-Stewart-Image-4 Camp-X-Ray-Kristen-Stewart-Image-5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *