[Critique] Entourage réalisé par Doug Ellin

Entourage-Movie-Film-Image

Synopsis : “Star hollywoodienne, Vincent Chase et ses potes, Eric, Turtle et Johnny, sont de nouveau dans la course, et en pleine négociation avec Ari Gold, ancien agent devenu patron de studio. Si leurs ambitions ont un peu évolué, les liens qui les unissent sont toujours aussi forts. Tant mieux car ils vont devoir se frayer un chemin dans le monde impitoyable d’Hollywood…”


Entourage est une de ces séries cultes qui ont modelé les séries d’aujourd’hui. Bien que peu connu en France, Entourage, avec Oz, The Wire, Les Sopranos et plus récemment Game Of Thrones et True Detective, sont les têtes d’affiche d’HBO, soit ce qui se fait de mieux en matière de série TV. Après une conclusion à la télé, faite en vitesse, la bande de Vincent Chase revient, bien décidée à conquérir le grand écran.

Entourage s’ouvre sur un plan représentatif de tout ce qu’est cette série : jolies filles, des fêtes exubérantes, une bande de potes et une B.O qui donne des frissons. Dans la lignée des 8 saisons, le long métrage démarre en vitesse, l’intrigue reprend où s’était arrêtée la série. De ce fait, le spectateur complètement étranger à la série risque facilement d’être perdu, à vrai dire même en ayant vu toutes les saisons on a du mal à se rappeler la situation de chaque personnage. Le film est fait de façon à ce qu’on le regarde comme une neuvième saison, le chapitre censé clore le livre. Du coup Entourage est-il un long métrage à part entière ou uniquement la suite d’une série ?

Long de 2 heures le film est monté, réalisé, écrit comme un épisode. Pas de longues séquences, uniquement des petites scènes de dialogues qui s’emboîtent. Ce qui donne un montage très rapide et un rythme dynamique qui laisse une impression de concentré. Chaque plan semble tout droit sorti d’un épisode, la plupart des scènes font référence à des événements de la série. Un épisode étiré sur 2 heures quand un épisode type dure 30 minutes, ça fatigue. Les blagues et répliquent fusent entres les différents personnages, les histoires s’entremêlent. Les guests sont très nombreux comme toujours, on retrouve tous le beau monde présent dans les 8 saisons d’Entourage.

Pour ce qui est de l’histoire on le droit à une énième péripétie pour Vince et son équipe. Rien de bien original, pour ce qui est de la trame principale, ce sont les différentes petites histoires qui s’ajoutent tout autour qui font le charme du long métrage. Ce qui fait encore une fois pensé à un format destiné à la télévision. On passe en revue tout l’entourage, leurs évolutions, après l’ellipse de presque un an. Le traitement des personnages est, comme dans la série, génial. Tout ce beau monde est toujours complètement taré, ce qui donne lieu à des situations totalement débiles, toutes plus inattendues et fun les unes que les autres. Entourage sur petit écran est l’un des meilleurs divertissement jamais fais. En montrant l’envers du décors d’Hollywood il peut s’accorder une certaine pédagogie, rien de plus. Et c’est ça qui fonctionne dans le long métrage. Un film qui sait ce qu’il est, à savoir un très bon divertissement, sans prétention.

Pour Conclure
Ardoise

Entourage le film, plaira à tous les fans de la série. Retrouver tout l’entourage est un plaisir, surtout quand c’est fait par les créateurs de la série. Néanmoins, les néophytes pourraient être rebutés par le manque d’explications et l’impression de prendre un train en route. Peut-être qu’au contraire ça poussera certains à commencer cette série géniale. Finalement même si c’est un plaisir, on a l’impression de voir une 9e saison en condensé et non pas un film à part entière, mais le plaisir lui est intact.


ENTOURAGE ENTOURAGE DSC_6039.DNG Ent_ 0451.DNG Ent_ 0045.DNG DSC_2492.tiff

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *