Confident Royal réalisé par Stephen Frears [Sortie de Séance Cinéma]


Synopsis : «L’extraordinaire histoire vraie d’une amitié inattendue, à la fin du règne marquant de la Reine Victoria. Quand Abdul Karim, un jeune employé, voyage d’Inde pour participer au jubilé de la reine Victoria, il est surpris de se voir accorder les faveurs de la Reine en personne. Alors que la reine s’interroge sur les contraintes inhérentes à son long règne, les deux personnages vont former une improbable alliance, faisant preuve d’une grande loyauté mutuelle que la famille de la Reine ainsi que son entourage proche vont tout faire pour détruire. A mesure que l’amitié s’approfondit, la Reine retrouve sa joie et son humanité et réalise à travers un regard neuf que le monde est en profonde mutation. »


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position « je m’installe comme à la maison » ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”133″]


Spécialiste du biopic anglais, le cinéaste Stephen Frears revient, 11 ans après The Queen, avec Confident Royal, un biopic sur l’amitié improbable entre la reine Victoria (interprétée par Judi Dench) et son serviteur indien Abdul Karim (que joue Ali Fazal).

À première vue, on pourrait s’attendre à un énième biopic sur la reine Victoria mais Confident Royal se détache de la tradition de ces productions taillées pour les Oscars. Ce nouveau film s’inscrit comme un prolongement de l’œuvre entamée par Stephen Frears avec The Queen. Une œuvre qui, sous ses airs de biopic conventionnel, dresse un portrait critique remettant en question les traditions de la famille royale, les conventions du règne, pour montrer les failles humaines qui se cachent derrière le trône. Le cinéaste signe de véritables portraits de femmes fortes, qui doivent porter sur leurs épaules les responsabilités de tout un pays et qui ont leurs fragilités et leurs humanités derrière leurs décisions politiques. Et c’est encore une fois ce qui fait l’atout majeur du nouveau film de Stephen Frears.

“Stephen Frears offre à Judi Dench l’un de ses meilleurs rôles”

Derrière le classicisme de sa mise en scène, Stephen Frears parvient à détourner les conventions en tournant au ridicule les traditions purement anglaises autour de la reine Victoria (la scène du banquet est un pur moment de comédie à l’humour so british) pour mieux nous émouvoir lorsqu’il dresse le portrait de cette dernière comme celui d’une femme vieillissante, seule et vulnérable. Une femme qui se moque de toutes les règles et conventions que lui impose son rôle de reine.

C’est particulièrement dans l’écriture des dialogues que réside la force de Confident Royal, dans l’ambition de porter un message universel et social sur le langage. Le scénariste et dramaturge Lee Hall parvient, dans l’écriture, à rendre ludique la frontière entre l’anglais et l’ourdou (la langue hindou) qui devient l’intermédiaire d’une rencontre sociale entre deux cultures. Un jeu de langage utilisé de manière intelligente, entre la comédie et la satire sociale, qu’il convient de saluer parmi l’écriture des biopics actuels.

L’autre point fort du film réside dans son casting et dans la sincérité de ses acteurs : Judi Dench campe une reine Victoria en fin de règne dont le jeu oscille habilement et avec nuances, entre la fragilité et la détermination d’une reine au caractère fort. Certaines scènes, dont un long plan rapproché sur le visage de l’actrice lors d’un monologue, se présentent comme de véritables opportunités de décrocher une nomination aux prochains Oscars. Quant à Ali Fazal, il dégage une véritable énergie dans les moments de comédie pour devenir étonnant de sincérité dans des scènes plus dramatiques face à l’interprétation d’une grande actrice comme Judi Dench. Confident Royal est encore une fois une aubaine pour ses acteurs que le metteur dirige d’une main de maitre, à l’image de la performance oscarisée de Helen Mirren dans The Queen. Par ailleurs, le film n’échappe pas toujours au pathos, réservant ces petits moments tire-larmes, mais dont le niveau est vite relevé par l’interprétation exemplaire de ces acteurs.

Sur le papier, le film Confident Royal avait tout du biopic anglais taillé pour remporter des statuettes. Mais il en ressort finalement une certaine légèreté dans son écriture et dans la performance de ses acteurs, derrière une mise en scène académique plutôt habituelle chez Stephen Frears. Le cinéaste signe un honnête biopic qui prône l’universalité entre les cultures. Un message nécessaire en résonance avec les temps actuels.

[usr 3]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *