Battle Of The Sexes réalisé par Jonathan Dayton et Valerie Faris [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : “1972. La championne de tennis Billie Jean King remporte trois titres du Grand Chelem. Mais loin de se satisfaire de son palmarès, elle s’engage dans un combat pour que les femmes soient aussi respectées que les hommes sur les courts de tennis. C’est alors que l’ancien numéro un mondial Bobby Riggs, profondément misogyne et provocateur, met Billie Jean au défi de l’affronter en match simple…”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick

[maxbutton id=”150″]


Après le magnifique Little Miss Sunshine et l’étonnant Elle s’appelle Ruby, les réalisateurs Jonathan Dayton et Valerie Faris sont de retour avec Battle Of The Sexes, un biopic qui revient sur l’histoire vraie narrant la confrontation entre la championne de Tennis Billie Jean King (interprétée par Emma Stone NDLR) et l’ancien champion masculin Bobby Riggs (interprété par Steve Carell NDLR). Elle se déroule, au début des années 70, en pleine révolution féminine, où le champion de Tennis misogyne lance le défi à la championne féministe de le vaincre dans un match simple. Billie Jean King relève le défi dans le but de prouver l’égalité féminine sur le terrain par rapport aux hommes.

Comme dans Little Miss Sunshine où les cinéastes racontaient l’histoire d’une famille américaine, Battle of the Sexes est un film à personnages. Même si l’œuvre est tirée d’une histoire vraie, il s’agit avant tout de raconter les défis intérieurs de ses personnages, au même titre que leur premier film racontait le défi d’une petite fille voulant gagner un concours de beauté féminine. Et la principale qualité du film de Dayton et Faris, c’est le dialogue : le match, avant de se jouer sur un terrain, se joue en dehors, à travers les médias de l’époque. Il faut souligner par ailleurs un travail exemplaire sur la reconstitution d’images d’archives et de l’époque seventies magistralement mise en scène. Entre les personnages, le dialogue est aussi virulent que sur un terrain de tennis, les personnages se renvoient la balle, le jeu d’acteur est excellent (mention spéciale à Steve Carell, drôle et poignant), et il est difficile derrière tout ça de ne pas sentir l’espoir de récolter quelques nominations aux Oscars.

Et c’est peut-être ici qu’apparaît le défaut qui empêche Battle Of the Sexes de se hisser à la hauteur de l’excellent Little Miss Sunshine. Le film est maîtrisé dans sa mise en scène, dans son cadrage qui met constamment ses personnages en opposition selon leurs opinions morales. En clair, un très bon travail de mise en scène, de reconstitution historique et médiatique, une direction d’acteurs excellente (et c’était déjà le cas dans Little Miss Sunshine), mais le résultat est d’un classicisme ! Certes, c’est élégant et plutôt plaisant, mais cela paraît bien conventionnel quand on évoque la fraîcheur et la belle énergie qui se dégageait du portrait de famille extrêmement touchant de leur petit chef-d’œuvre.

Néanmoins, par moment, on retrouve tout de même cette énergie dans le portrait virulent de l’Amérique des années 70’s que dressent les cinéastes. En terme de comédie, le dialogue résonne parfaitement avec le contexte féministe de l’époque, Emma Stone et Steve Carell sont irrésistibles dans leur face à face, et les réalisateurs prônent un pamphlet pour l’égalité et la liberté des sexes que l’écriture rend jouissif. Mais on ne peut s’empêcher tout de même d’être déçu que le tout n’accouche finalement que d’un biopic assez conventionnel sur sa forme, taillé sur mesure pour remporter des petites statuettes.

Le film ne déshonore pas pour autant le cinéma indépendant américain, notamment par la sincérité du regard porté sur ses personnages à l’image de Little Miss Sunshine dont il manque malheureusement la grande tendresse avec laquelle Jonathan Dayton et Valerie Faris filmaient les membres de cette famille peu ordinaire. Malgré un aspect de biopic conventionnel qui déçoit un peu, Battle of the Sexes reste néanmoins un beau portrait d’une époque et de personnages aux opinions divergentes. Portés par une écriture de qualité, les cinéastes signent une comédie féministe maîtrisée, prônant l’égalité des sexes avec humour et sincérité. Tout à fait honorable, mais un peu conventionnel.

[usr 3]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *