24 : Live Another Day [Décryptage] – Retour gagnant pour Jack Bauer ?

 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer

“Jack, qui vit comme un fugitif depuis quatre ans, est prêt à risquer sa liberté pour éviter une nouvelle catastrophe mondiale. Traqué par la CIA, considéré comme un traître à la Nation et un dangereux psychopathe, Jack doit déjouer un attentat visant le président des États-Unis, James Heller. L’homme le plus puissant du monde est en visite à Londres. Une nouvelle course contre la montre s’engage pour Bauer.”

Une série qui n’a rien perdu de sa superbe. | Un Jack Bauer plus brutal que jamais.

Il y a treize ans apparaissait sur nos écrans de télévision une série qui se nommait à l’époque 24 heures chrono. Véritable bouleversement dans le monde de la série télévisée, 24 heures chrono offrait aux spectateurs une série d’un nouveau genre, une série d’action se déroulant presque en temps réel, et ce, sur 24 heures. Course contre la montre dynamique et explosive, 24 heures chrono est une série qui a conquis un public qui n’a cessé de grandir jusqu’à la saison 6 où les chiffres ont atteint leur apogée. Plus qu’une simple série d’action, 24 heures chrono est une série qui a mis en lumière un anti-héros tourmenté répondant au nom de Jack Bauer. Tel John McClane, Jack Bauer se voit chaque année vivre une journée particulièrement chaotique. 24 heures dans une journée ce n’est rien, mais dans la série, 24 heures peuvent suffirent à changer littéralement la vie de ses personnages et plus particulièrement celle de Jack Bauer. Tantôt héros des États-Unis, tantôt fugitif et terroriste, Jack Bauer en a vu des vertes et des pas mures comme on dit, mais ce n’est pas fini. Il y a quatre ans, s’achevait la saison 8, saison qui avait tout de la conclusion parfaite puisque s’achevant sur un Jack Bauer devant fuir son pays. Cette fin était trop dramatique pour être vraie, il fallait que notre anti-héros favori réapparaisse afin de montrer aux yeux du monde qu’il n’est pas le terroriste décrié. Grâce à des créateurs motivés à ne pas laisser partir Jack si rapidement, Joel Surnow et Robert Cochran et à un Kiefer Sutherland bien décidé à ré-endosser le costume de Jack Bauer tant qu’il en avait les jambes, il est de retour, mais est-ce une si bonne nouvelle ?

La question que tout le monde se pose est : Est-ce la saison de trop ? Il est normal de poser cette question puisqu’on croyait tous la série rangée dans un tiroir de la Fox depuis 2010, mais il faut savoir que les créateurs de la série – Joel Surnow et Robert Cochran – sont prêt à réalisé des spins off et autres mini-saison s’ils ont une histoire intéressante à raconter aux spectateurs. Cette saison 9 n’est pas qu’une simple saison, il s’agit d’une mini-saison événementielle disposant seulement de 12 épisodes. Les séries télévisées ne sont plus ce qu’elles étaient en 2010. Aujourd’hui, elles ont envahi notre quotidien et certaines comme Homeland, ont pris le relai tendu par 24 heures chrono et nous on mit une claque similaire à celle provoquée par la première saison de 24 heures chrono. Le concept de 24 heures chrono n’a-t-il pas pris des rides comme ses interprètes ? La réponse est claire et nette, c’est non. Alors que beaucoup de séries se sont dites inspirée par 24 heures chrono, elle reste le pilier de la série d’action et son personnage principal n’a pas pris une ride. Les créateurs de la série ont compris qu’il fallait vivre avec son temps et pour cela ils ont décidé de donner un coup de fraicheur au concept 24 heures chrono. Maintenant nommée 24 Live Another Day, la série n’aura jamais été aussi dynamique, brutale et jouissive. Plaisir incommensurable pour le fan de la série, il en reste une série où l’action est omniprésente et le rythme intense grâce à un montage dynamique et à une caméra rarement stable. On retrouve dans cette nouvelle saison, une réalisation caméra à l’épaule plus proche de celle de la première saison à celle des dernières saisons qui était plus stable et proposait des plans légèrement plus longs et larges. Ici, le rythme est imposé par le biais du montage et on observe une caméra très proche des personnages, constamment en plan serré pour que le spectateur ne laisse pas passé une mimique faciale ou un mouvement de main. Malgré un changement de pays et la pléthore de nouveaux personnages – stéréotypés au possible et ressemblant énormément aux agents de la CTU dans leurs réflexions et agissements – , le connaisseur sera en territoire conquis et le plaisir sera instantané.

Londres, Paris, Kaboul, Live Another Day aurait pu se dérouler dans n’importe quelle ville, que le résultat en aurait été le même. Centrée sur l’action et les personnages, la réalisation ne nous permet pas d’admirer le paysage et on n’est pas là pour ça. Elle a beau se nommé 24 : Live Another Day, on reste face à notre bonne vieille série : 24 heures chrono. Scénaristiquement parlant, le scénario ressemble pour deux gouttes d’eau à celui de n’importe quelle saison de la série. Le président des États-Unis va être pris pour cible dans un attentat dont seul Jack Bauer est au courant et bien évidemment, il va tout faire pour le sauver. Étant recherché par les polices du monde, pourquoi souhaite-t-il sauver le président ? Qu’est-il arrivé à Jack Bauer durant les 4 dernières années ? Et surtout : Comment est-il au courant qu’un attentat va voir lieu ? Les scénaristes ont dix semaines pour répondre à nos questions. Après avoir mis en place les nouveaux personnages dans le premier épisode, le second nous en dévoile davantage sur ce fameux attentat, mais il faudra être patient, car 24 est une série qui se savoure et dont chaque épisode se voit marqué par un rebondissement plus ou moins prévisible, mais souvent jubilatoire pour le spectateur et déterminant pour les personnages. Là où on sent que la série évolue avec son temps, c’est dans la façon dont ils se servent de la réalité pour servir leur scénario. Alors que le traumatisme post 11 septembre commence à s’essouffler, ici il n’est pas question d’analyser le monde politique – c’est tout de même légèrement présent au second plan -, il est avant tout question du prise pouvoir par la technologie. Par le biais de nouveaux personnages et de Chloé O’Brian, on remarque ici la volonté de dénoncer la puissance des technologies modernes et ça passe par le hacking. C’est un sujet qui se prête à la série et qui permet d’avoir des confrontations et alliances intéressantes (inversement des rôles, avec Jack Bauer et Chloé qui sont maintenant recherchés par la CIA et qui s’allient avec des gens qui ne sont pas du gouvernement).

24 : Live Another Day porte admirablement bien son rôle, car on reste sur des bases connues – complot terroriste à déjouer – et une narration en temps réel, mais on change le contexte, le pays et l’enjeu principal qui souhaite reflété une vérité de notre réalité. Toujours plus dynamique et brutale, cette nouvelle saison fût lancée sur les chapeaux de roues avec une pilote très réussi permettant d’introduire correctement les nouveaux personnages ainsi que le background, alors que le second nous dévoile l’intrique première et donc les prémices d’un attentat annoncé. 24 : Live Another Day, c’est vivre un autre jour avec Jack Bauer, c’est vivre une nouvelle aventure avec notre anti-héros favori.

  24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-324-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-2 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-4 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-5 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-9 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-6 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-8 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-7 24-Live-Another-Day-Critique-Jack-Bauer-Image-1

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *