Les Vilains (Critique | 2016) réalisé par Thibault Turcas et Nicolas Vert

Les-Vilains-Film-Critique-Banner

Synopsis : “Alexandre, 25 ans, vient de se faire larguer par sa copine. Un nouveau monde s’ouvre à lui : le célibat 2.0. Encouragé par ses deux meilleurs amis, il plonge dans les sites de rencontre et enchaîne les rendez-vous. Jusqu’au jour où il rencontre Sarah, une fille moderne et décomplexée, qui va bouleverser sa vie.”

Dès que l’on peut, et surtout, dès que les sorties nous le permettent, l’on essaye de vous parler du cinéma français en règle générale. Que ce soit par le biais de courts métrages audacieux façonnés par des réalisateurs et/ou équipes techniques françaises ou par le biais de sorties de films en salles. Les exceptions existent, mais majoritairement, le cinéma français reste celui qui s’adresse à un très large public. Celui dont les tournages sont dotés de plusieurs millions d’euros, dont les têtes d’affiche permettent de rassurer les producteurs et dont la promotion s’étend des toilettes de bar jusque dans les transports en commun. Ce cinéma n’est pas mauvais en soi. Que l’on aime ou que l’on n’aime pas ces films qui représentent la France, ils ont leur public et il faut respecter ce cinéma. Néanmoins, il donne une mauvaise image de ce qu’est également le cinéma français, puisque ce n’est pas que ça. Le cinéma français ce ne sont pas que des comédies, romances et drames aux scénarios fainéants, dont la paresse et la prévisibilité ne font qu’accroître la caricature que devient la représentation du cinéma français. Oui, le cinéma français c’est également du film de genre bien entendu, mais également des comédies réalisées par des jeunes. Des jeunes passionnés qui n’ont pas le budget des plus grands, mais ont de la suite dans les idées et l’envie suffisante afin de produire une belle œuvre de cinéma.

L’on parle ici du film Les Vilains, film disponible en “e-cinema” depuis le 03 juin 2016. Petit point de rappel pour ceux qui n’ont pas connaissance du terme, le “e-cinema” n’est autre qu’un énième nom donné à la vidéo à la demande. Les films qui ne trouvent pas de distributeur afin de sortir au cinéma, passent de plus en plus généralement par la case “streaming” et donc “e-cinema”. Ce qui fut le cas pour cette modeste production française. Modeste puisqu’elle n’a pas le budget d’une grosse comédie avec en tête d’affiche un Kev Adams ou Christian Clavier, mais qui a en réalité tout d’une grande. Les Vilains est une comédie 2.0, une comédie romantique moderne qui exploite de manière décomplexée la thématique de la rencontre par le biais des sites de rencontres sur internet. Une comédie moderne et ancrée dans son ère du temps puisqu’elle va faire de cette technologie, cette modernité, l’élément premier de son scénario. Scénario rondement bien écrit, qui à l’opposé des comédies aux budgets affolants, va être le grand point positif du film.

Les-Vilains-Film-Critique-2Les-Vilains-Film-Critique-1


Les Vilains est un long-métrage extrêmement bien écrit où les répliquent fusent sans temps d’arrêt. C’est un film moderne dans son écriture, un film qui a su capter la dynamique dans laquelle il s’inscrit. La dynamique de toute une génération qui vit à cent à l’heure, dont le rythme est géré par les réseaux sociaux et l’omniprésence de la connectivité. Tout va extrêmement vite, l’on ne prend plus le temps, l’on cherche avant tout à faire plus et plus vite sans faire attention à ce qui pourrait être dit ou fait. L’on retrouve pleinement ce dynamisme, cette hyperactivité au travers du scénario de ce long-métrage. Le rythme ne faiblit à aucun moment, les lignes de dialogues s’enchaînent et les vannes vont de pair. Certains personnages s’enlisent à cause de vannes foireuses, d’autres vont au contraire pouvoir être caractérisés par le biais d’une répartie à toute épreuve. Les blagues sont par moments grossières, certaines ne sont – dans l’écriture volontairement – pas drôles alors que d’autres s’avèrent simplement hilarantes. Cette complémentarité dans les jeux de mots, dans le répondant des personnages et le timing créé par le montage ou le jeu des acteurs va rendre l’action et le film dans sa globalité naturel. Ce naturel apportant une sympathie immédiate entre le spectateur et les personnages.

Répondant aux stéréotypes habituels des films de bande, les personnages de ce film ont cependant la force de ne pas simplement user de ces mêmes stéréotypes. Ces derniers sont tout à fait naturels et réalistes, car ils correspondent aux personnes que l’on retrouve dans toute bonne bande de potes qui se respecte (ou pas). Le plus important réside dans le fait que leur caractérisation respective ne sombre aucunement dans la caricature. Grâce à une exposition rapide et concrète réalisée par une mise en scène juste, voire maline par moment, le spectateur s’attache rapidement aux personnages. Chaque personnage va avoir son rôle à jouer, chaque personnage ne va pas être qu’un simple faire-valoir et c’est ce qui est extrêmement agréable avec ce film. Il ne laisse pas le moindre personnage, principal comme secondaire, en arrière-plan. Ils ont leur mot à dire, leur utilité, et ce, même si ça passe uniquement par une réplique, mais qui s’avérera drôle et pas déclamée uniquement parce qu’il le fallait.

En dehors de son scénario très bien écrit, tant dans ses dialogues inspirés que dans son histoire qui arrive à s’extirper du carcan créé par le genre à part qu’est devenue la comédie française, Les Vilains est un long métrage qui a quelque chose de non conventionnel. Très concrètement, il est conventionnel. Une narration linéaire, des personnages qui ont un objectif bien défini… Mais grâce à son scénario, ainsi qu’au travail de mise en scène et d’imagerie, il semble sortir des conventions modernes du genre. Pas d’image contrastée, de jeux de lumière surréalistes, quelque chose d’extrêmement sobre et épuré. Revenir à quelque chose de “naturaliste”, racontant avec une belle lumière, mais un étalonnage aux couleurs aux tonalités “réalistes”, une histoire qui pourrait être celle de n’importe quelle personne de la même génération. Les réalisateurs peuvent se le permettre grâce à leur scénario et à leurs acteurs charismatiques sur lesquels ils peuvent se reposer. Dans un cas contraire, s’en était fini d’avance. Ici l’intérêt réside avant tout dans le scénario et tout le reste vient le mettre en valeur, en décupler la force, tant humoristique qu’émotionnelle.


En Conclusion :

Vous l’aurez compris, Les Vilains est LA comédie du moment. Drôle, frais et surtout portée par un scénario aux dialogues savoureux et à l’histoire qui ne se contente pas de faire dans la convenance, cette comédie française indépendante prouve que le cinéma français n’est pas mort. Parlant avant tout à la génération des 18/30 ans, Les Vilains peut également grâce à ce scénario, ainsi qu’à ses excellents interprètes, voire élargir son public. Mention spéciale à Arthur Guillaume et Alix Bénézech, dont les personnages se complètent à merveille, alliant l’humour au charme afin de former un couple irrésistible.

[usr 4]

Les Vilains, disponible à partir de 4.99€, toutes les informations ici-même


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *