Todos lo Saben réalisé par Asghar Farhadi [Cannes 2018 Film REVIEW]

Synopsis : « A l’occasion du mariage de sa soeur, Laura revient avec ses enfants dans son village natal au coeur d’un vignoble espagnol. Mais des évènements inattendus viennent bouleverser son séjour et font ressurgir un passé depuis trop longtemps enfoui. »

Si l’année passée était une première, on a décidé de réitérer l’expérience et de faire profiter une nouvelle rédactrice. Du 8 au 19 mai 2018, nous sommes présents au 71e Festival de Cannes afin de découvrir les films qui feront l’évènement, ou non, les mois prochains dans les salles obscures, et ce, dans le monde entier. CinéCinéphile représenté cette année par la jeune journaliste Pauline Mallet qui nous donne son regard de cinéphile sur les films proposés en Sélection Officielle et dans les Sélections Parallèles.

Après Le Client, sorti en 2016 qui a, par ailleurs, reçu un accueil critique plutôt honorable, Asghar Farhadi revient avec Todos lo Saben, renommé Everybody Knows, qui, en plus d’être en compétition officielle, a brillamment ouvert la 71e édition du Festival de Cannes le 8 mai dernier. Et c’est avec ce flm que le cinéaste Iranien réalise son premier film en langue hispanique qui s’offre pour l’occasion, le haut de gamme du cinéma espagnol et américain: l’épatante et solaire Penélope Cruz et le très charismatique Javier Bardem. Un duo fusionnel aussi bien à l’écran qu’en dehors des plateaux de tournage qui porte à lui seul ce drame familial parfois maladroit et bien trop prévisible.

Il partait pourtant plein de bonnes intentions et avec de gros avantages, Todos lo Saben n’est pourtant pas aussi bon qu’il aurait pu être. Ni mauvais, ni remarquable, le long-métrage se perd dans son scénario qui retombe comme un soufflé dans sa dernière partie. L’histoire est bâtie dans un cadre familial espagnol, chaleureux et qui, pour l’illustrer à sa juste valeur, se déroule pendant un mariage. Laura, incarner par Penélope Cruz débarque d’Argentine avec ses deux enfants, son mari Alejandro (incarné par Ricardo Darin) n’ayant pas pu faire le déplacement avec elle. Alors que le mariage touche à sa fin, après une soirée riche en séquences festives où l’ambiance bouillante et amicale se fait ressentir jusque dans le Palais du Festival, Irène, la fille ainée de Laura, est introuvable et cette dernière, reçoit des messages inquiétants qui déclarent officiellement l’enlèvement de la jeune fille de 16 ans. C’est son amour de jeunesse, Paco (interprété par Javier Bardem), qui l’aidera dans sa recherche intensive.

C’est une histoire de disparition qui va amener la famille à se souder autant qu’à se déchirer. Cette dernière fait malgré elle, écho à certains faits divers français de ces derniers mois ce qui, en soi, est une très bonne chose, car elle permet de tenir en haleine le spectateur. Et si Asghar Farhadi parvient à maintenir une tension indispensable sur la quasi-totalité du film, il la perd, presque bêtement dans la dernière demie-heure. Frustrant par certaines révélations faciles, qui bâclent le récit de départ, Todos lo Saben a ce mauvais goût d’une déception de dernière minute. Reste le casting remarquable qui sauve grandement les facilités scénaristiques du long-métrage. Penélope Cruz y incarne une mère dévastée, forte et prête à tout pour retrouver sa fille en vie. À la fois solaire et bouleversante, l’actrice espagnole est, sans aucun doute, le pilier du film. Quant à Javier Bardem, il s’impose grâce à son charisme légendaire et sa sensibilité qui mériterait d’être plus exploitée. Les seconds rôles restent tous très bons et permettent une belle homogénéité à l’ensemble du casting.

Côté réalisation, le cinéaste Iranien établit un lien fort entre le temps scénaristique, un des thèmes principaux de son récit (le temps qui presse pour retrouver Irène en vie, le temps qui a changé les choses dans la famille et dans les relations entre les personnages etc), et le temps à l’image multipliant les métaphores physiques plus ou moins subtiles, mais toujours dotées de couleurs chaudes et chaleureuses qui contrastent avec la dureté des situations. La mise en scène reste assez simpliste, mais a le mérite d’être maitrisée. Quant à la direction d’acteurs, il est important de souligner que le réalisateur ayant tourné son film en espagnol, une langue qu’il ne maîtrise pas, a laissé une confiance totale en ses interprètes. Lors de la conférence de presse du film, Penélope Cruz a tenue à souligner le fait que le cinéaste avait fait un travail énorme, apprenant par cœur chaque réplique pour chaque acteur. Un travail de titan qui mérite d’être remarqué.

Todos lo Saben est un drame familial efficace au casting remarquable. Mais ses facilités scénaristiques et la simplicité de son exécution laissent un goût décevant dans l’ensemble contenu de ses promesses et de son casting quatre étoiles.

Everybody Knows réalisé par Asghar Farhadi avec Penélope Cruz, Javier Bardem et Ricardo Darin. Sortie le 09 mai 2018 en France.

« Javier Bardem/Penélope Cruz, duo fusionnel aussi bien à l’écran qu’en dehors des plateaux de tournage qui porte à lui seul ce drame familial parfois maladroit et bien trop prévisible »


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *