Searching réalisé par Aneesh Chaganty [Fantasia 2018 Film REVIEW]

Synopsis : « Adam, un étudiant blanc issu des beaux quartiers, déchaîne les passions lorsqu’il décide de rejoindre le monde provocateur des rap battles, au grand dam d’Anna, sa petite amie féministe et possessive… »

Pour la première année nous sommes trois semaines durant (du 12 juillet au 02 août 2018) au Fantasia International Film Festival. Films du film de tous les genres, mais surtout du fantastique, de l’action et des films complètement décalés que vous ne verrez surement jamais en salles !
Toutes nos Critiques depuis le Festival Fantasia !

Timur Bekmambetov passe et trépasse. Le réalisateur à qui l’on doit quelques blockbusters tels que Wanted : Choisis ton Destin ou encore Ben Hur dernièrement est avant tout connu pour des productions bien plus intéressantes. Intéressantes qualitativement sans pour autant nous exciter les neurones. On pense évidemment à la dualogie Day Watch/Night Watch, mais plus récemment c’est au travers de l’exploitation d’un nouveau style de narration qu’il s’est illustré. Profile, Unfriended et maintenant Searching qui vient clôturer cette trilogie dédiée à la création d’un thriller par le prisme des nouvelles technologies. Si Unfriended avait su captiver une grande partie de son auditorat, c’est essentiellement avec sa suite Unfriended : Dark Web que le concept a pu démontrer toute sa force et sa puissance narrative. Un concept visuel au service d’une histoire conçue pour et par ce même concept. Si Unfriended, ainsi que sa suite, sont des films en temps réels qui vont créer une histoire par le prisme d’un écran d’ordinateur, et donc d’un plan fixe, Searching va plus loin. Plusieurs années vont s’écouler (pour ne pas dire décennies), plusieurs appareils numériques vont servir à créer une histoire de toutes pièces. Malheureusement, être trop gourmand conduit majoritairement à l’overdose, le dégoût puis la frustration.

« Une idée narrative qui n’ajoute rien à l’histoire, mais qui au contraire l’ampute d’une force émotionnelle incroyable. »

Searching nous conte l’histoire d’une famille américaine. Une famille tout ce qu’il y a de plus heureuse dont on va voir les années passées à une vitesse folle. L’amour, la maladie, la naissance, le combat, la tristesse, le deuil. Toutes ses étapes que vivent, heureusement et malheureusement, un jour où l’autre toute famille humaine s’écoulent sous les yeux d’un spectateur qui se lie avec immédiateté à ces personnages qu’il a finalement vus grandir, s’épanouir, puis être heureux. Ils ne sont plus que deux, mais bientôt il sera tout seul. Le père va devoir faire face à la disparition soudaine de sa fille unique. Vont s’enchaîner péripéties et rebondissement, le tout vu par le biais d’ordinateurs, télévisions et autres appareils numériques dotés de caméras. Si on n’y va pas pour son histoire, mais bel et bien pour ce concept narratif fondamentalement intrigant et intéressant, Searching se révèle finalement être surprenant sur ce point. Une enquête tout ce qu’il y a de plus simple et conventionnelle, qui va au fur et à mesure se transformer en un jeu de plateau implacable. Il mène le spectateur par le bout du nez, rebondissement après rebondissement. Si on a des doutes, si on pense détenir la vérité, elle est finalement peut-être autre. Ou peut-être pas. Les rebondissements s’enchaînent à une vitesse folle, apportés sur un plateau d’argent et sans aucun illogisme. Chaque rebondissement s’avère logique, car pleinement lié à la caractérisation précédemment établie du protagoniste. Une histoire qui captive de plus en plus. Happe notre intérêt, voulant absolument avoir le fin mot de l’histoire. S’il ne réinvente ni la roue ni l’eau chaude, il est d’une implacabilité incroyable, car humain dans les réactions du protagoniste, et par déduction, logique.

On pense à Gone Girl. On pense évidemment beaucoup à Gone Girl et s’il n’en a pas la saveur malicieuse et la noirceur des personnages, il en emprunte le chemin. Malheureusement, c’est ce même scénario, aussi bon et surprenant soit-il qui va causer la perte du film et notre frustration. Cette frustration d’être constamment coincé derrière des écrans. Dans l’impossibilité de voir l’action, de vivre l’action. Le concept du thriller numérique est une belle idée lorsqu’il y a un parti pris de mise en scène. Ce que l’on nommera mise en scène ici c’est par exemple la volonté de montrer un seul écran ou de faire du temps réel. Searching relève davantage en ce sens du film fainéant. Oui il essaye de réinventer le thriller et le film d’investigation par le biais du numérique, mais il ne fait fondamentalement que de ne pas montrer ce qu’il pourrait montrer avec créativité. On ne voit que les personnages se parler ou s’envoyer des messages. La mise en scène est d’une platitude totale, d’un ennui incroyable. Voir un écran de GPS pendant 30 secondes n’est pas aussi captivant et intéressant que de lire le stress sur le visage d’un personnage enfermé dans un véhicule et éclairé par les phares d’autres véhicules, ainsi que par son propre tableau de bord. Et il en relève de même que de montrer, que de créer une backstory pour cette famille par le biais de messages MSN, Skype, Messenger et on en passe de meilleurs. Oui ça fonctionne, car le spectateur apprend à les connaître, mais non ce n’est aucunement intéressant. Si émotionnellement le film a quelque chose grâce à son scénario, cinématographiquement il est d’une pauvreté sans nom. Aucune audace, aucun parti pris, aucune créativité.

Frustrant, énervant, Searching ne nous laisse pas de marbre, mais pas tel qu’on l’aurait espéré. S’il nous surprend grâce à un scénario rondement mené et extrêmement bien ficelé, enchaînant avec vraisemblance rebondissement sur rebondissement, il nous exaspère sur le plan cinématographique. User de tous les écrans possibles afin de nous montrer l’action telle qu’on pourrait la suivre à distance, relève davantage de l’astuce fainéante que de l’astuce créative. Une idée narrative qui n’ajoute rien à l’histoire, mais qui au contraire l’ampute d’une force émotionnelle incroyable. L’émotion est déjà présente, notamment grâce à un acteur (John Cho ndlr) tout simplement humain, car paraissant naturel dans ses réactions. Elle aurait cependant pu être exponentiellement plus forte. Dans les mains d’un metteur en scène créatif (ou peut-être pas bridé par le concept du scénario, ainsi que par un ou des producteurs… allez savoir), ce scénario aurait pu donner un excellent thriller. Un thriller qui n’aurait pas réinventer le genre, mais qui aurait ne serait-ce que marqué l’esprit du spectateur. Searching va également nous marquer… pas comme les producteurs le voudraient.


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *