Scooby !, retour en enfance en demi-teinte


Synopsis : « Comment Scooby et Sammy, amis pour la vie, se sont rencontrés ? Comment ils se sont associés aux détectives en herbe Fred, Velma et Daphné pour créer la célèbre équipe Mystère et Cie ? Scooby et sa bande doivent désormais s’attaquer à leur énigme la plus redoutable : un complot destiné à déchaîner les forces du chien-fantôme Cerbère. Tandis qu’ils mettent tout en œuvre pour enrayer cette “acabocalypse” mondiale, nos amis découvrent que Scooby est porteur d’une lourde hérédité et qu’il est promis à un plus grand destin que quiconque aurait pu l’imaginer. »


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

C’est une madeleine de Proust… Scooby-Doo est le personnage de notre enfance que l’on aime retrouver, même si les dernières séries ont transformé l’univers en 2D au style suranné et épatant en dessins plus léchés à l’ordinateurs . Les aventures de Scooby-Doo sont aussi et surtout des enquêtes folles avec le fameux masque enlevé de la tête du fantôme, revenant et autres goules pour découvrir l’identité du véritable coupable. Enfin, la caractéristique majeure du dessin animé de notre enfance, c’est aussi et surtout la frousse perpétuelle de Sammy et Scooby-Doo face au danger.

Au début des années 2000, le chien détective le plus poltron de la planète avait même eu droit à une version en prises de vues réelles, avec les acteurs de la saga Souviens-toi l’été dernier (Freddie Prinze Jr. et Sarah Michel Gellar en tête). Si le premier volet était sympathique, le second était pathétique. Alors plutôt que de réitérer une horreur cinématographique, le grand danois a bénéficié de nouvelles histoires pour le petit écran.

Après le succès de La Famille Addams en film d’animation par Conrad Vernon et Greg Tiernan pour le compte de Universal Pictures en 2019, la société Warner Bros. décide de surfer sur le succès du revival des séries des années 1970 et puise dans son catalogue pour plonger dans les aventures Scooby-Doo. Souvenir intemporel et gravé pour toujours dans les mémoires des plus âgés d’entre nous… un Scooby-Doo à la sauce des nouvelles techniques de l’image et de l’animation actuelle avec l’aide des ordinateurs et de la 3D, on peut espérer beaucoup.

Et pour la première fois, le mystère de la rencontre entre Scooby (puisque c’est ainsi qu’on l’appelle) et Sammy est enfin révélée. Comment ces deux froussards-nés sont-ils devenus les meilleurs amis du monde ? Comment ont-il rencontré Daphné, Véra et Fred ? Les scénaristes, au nombre de quatre quand même, puisent dans leurs souvenirs et leur savoir-faire pour offrir dans la première partie du film, une origin-story touchante et adorable. Et l’humour n’est pas en reste. Au contraire, le film regorge de moments drôles et hilarants.

On pourra alors faire le reproche que l’humour présent est parfois très enfantin, mais le but n’est-il pas de rassembler les familles autour d’un chien iconique ? Quant à la rencontre avec le trio d’amis, elle a lieu pour résoudre une enquête où un fantôme terrifie les enfants et le voisinage dans une drôle de maison hantée. Il n’y a pas à dire, c’est le Scooby ! de notre enfance qui se matérialise sous nos yeux, mais pourtant…

… pourtant, la suite n’est pas du même acabit. Le film d’animation dirigé par Tony Cervone amène une nouvelle aventure où nos héros ont grandi et vont connaître une séparation car les motivations de nos deux peureux ne sont pas les mêmes que celles de Daphné, Véra et Fred. Alors entre en jeu, le héros de l’enfance de Scooby-Doo et Sammy, Blue Falcon pour une nouvelle aventure beaucoup plus ancrée dans une idée futuriste que dans un monde de revenants et de fantômes. Le film d’animation perd alors toute sa saveur et même si cela reste mignon, on a l’impression que la Warner a véritablement décidé de dénaturer l’enfance du spectateur pour s’obliger à ancrer les héros dans un monde moderne et hautement technologique.

Alors on pourra s’amuser du retour de Satanas et Diabolo ou encore de Capitaine Caverne mais ces personnages sont exploités à tort et à travers. En enlevant Satanas et Diabolo des aventures des Fous du volant, ils en deviennent des ennemis incompréhensibles pour qui connaît bien l’univers de Scooby ! Quant à Capitaine Caverne, s’il a déjà partagé des aventures avec l’équipe de la Mystery Machine, il est toujours accompagné de Brenda, Lili et Babette. Désormais, elles ont disparu. Par la simple volonté de multiplier les “ennemis”, on ne comprend pas le but ultime de cette aventure au cinéma.

Loin d’être un épisode quelconque, ce film d’animation ne rend pas honneur au chien le plus peureux de la planète car l’histoire oublie l’essence même de ce qui fait le succès des aventures de Scooby ! : la présence du surnaturel. Ici, il n’en est pas question ou si peu dans le final à Athènes et la fameuse découverte de la véritable identité du méchant, expédiée en peu de temps : quel dommage !

Si les plus jeunes riront de bon cœur aux péripéties de nos cinq amis, il restera comme un goût amer dans la bouche des plus grands. Une sorte de souvenirs d’enfance qui ne seraient pas pleinement assouvis. Scooby ! n’est pas un film d’animation laid, bien au contraire, il est même touchant dans ses traits, mais la mignonnerie et la drôlerie des personnages ne sauvent pas le manque d’une véritable intrigue “à la Scooby-Doo”. Malgré tout, on espère quand même un nouvel épisode où cette fois, les scénaristes replongeront dans ce qui a fait le succès du danois le plus célèbre de l’animation. Et ainsi livrer une véritable aventure comme les deux films d’animation, dont la réputation est loin d’être terrible, avaient réussi à conserver. En clair, tout ce qui fait le sel des aventures des personnages créés par Hanna et Barbera.


Disponible en Vidéo à la Demande au Canada et actuellement au cinéma en France.

« Un film d’animation qui ne rend pas honneur au chien le plus peureux de la planète. Son l’histoire, oublie l’essence même de ce qui fait le succès des aventures de Scooby ! : la présence du surnaturel. »

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *