Prêt à Tout [Critique]

Prêt-à-Tout-Critique

“À 30 ans, Max a fait fortune sur internet avec ses deux potes et profite de la vie au soleil. Mais il se lasse de cette existence et ne cesse de penser à son amour de fac, Alice, une fille pétillante, engagée, pleine d’idéaux… qui ne s’est jamais intéressée à lui. Pour se rapprocher d’Alice, Max rachète l’usine en faillite dans laquelle elle travaille. Et sans jamais dévoiler sa fortune ni son nouveau statut de patron, il se fait passer pour un simple ouvrier. Prêt à tout, il dépense sans compter pour faire le bonheur d’Alice, de son fils Valentin et de tous les ouvriers de l’usine ; Il abandonne sa vie de millionnaire pour travailler à la chaîne et ne cesse de mentir par peur de décevoir.”

Le cinéma français est épatant lorsqu’on parle du registre de la comédie puisqu’il est capable de nous offrir des films de grande qualité ainsi que des navets dont on n’aurait même pas eu l’idée d’en écrire le scénario. Dans ce registre, nous retrouvons des cinéastes de talent comme Albert Dupontel et il y a les autres. La catégorie les autres regroupent les réalisateurs (parfois acteurs) qui mettent en scène des films aux structures toujours similaires et aux scénarios naïfs, sans originalités, sans recherches…bref sans intérêts. Parmi ces réalisateurs on retrouve des gens comme Dany Boon ou Dominic Farrugia ainsi qu’un certain Nicolas Cuche. Possédant une filmographie qui compte entre autres des épisodes de séries comme Joséphine Ange Gardien ou bien le long-métrage La Chance de Ma Vie, ce réalisateur a encore un bout de sa vie devant lui pour prouver son talent et déployer ses ailes. Malheureusement, il ne s’aide d’aucune manière en réalisant des films comme La Chance de ma Vie et Prêt à Tout. Alors que le premier s’était avéré être une comédie regardable grâce à son casting rempli de fraîcheur malgré un scénario qui est toujours porté disparu, le second est un navet sans précédent.

Pour son second long-métrage, Nicolas Cuche a accepté de réaliser cette comédie grâce à son scénario qui d’après lui s’est avéré être “très intéressant puisqu’il expose une belle romance avec un véritable fond social”. En effet, Prêt à Tout est une comédie romantique qui nous expose deux jeunes personnes qui n’ont rien en commun, mais qui devront finir ensemble. Sous son aspect de comédie romantique fraîche et réjouissante, Prêt à Tout cache une véritable critique sur notre société actuelle et son obsession de vendre des entreprises à tour de bras et mettre au chômage des centaines d’employés. Plus qu’une critique sociale, c’est un traquenard que nous tendent Nicolas Cuche et son scénariste puisque ce fond social est abordé par le biais d’un personnage qui est un jeune égocentrique et naïf incapable de gérer son compte en banques. Véritable mascarade scénaristique qui se permet de posséder de nombreuses incohérences, facilitées, improbabilités ainsi que des personnages caricaturaux. Rien que ça. Le scénariste essaye de faire passé un message, mais il survole tellement le contexte économique et politique de la crise qu’il nous expose, que le message en devient confus.

Compte tenu du fait que le scénario ne tient pas la route et s’avère être plus affligeant que divertissant, on pense que le registre comique du film va se rattraper grâce à ses nombreux dialogues, mais ce n’est pas le cas. Prévisibles et rarement drôles, les seules répliques qui arrivent à nous décocher un vague sourire le doivent aux quelques situations cocasses et invraisemblables du film, ainsi qu’à leurs interprètes. Si Aissa Maiga se noie alors que Max Boublil tente tant bien que mal de la sauver de cette mort atroce, le spectateur pourra se rabattre sur les seconds rôles incarnés par Chantal Lauby et Redouanne Harjane. Ils sont que deux, mais on fait avec ce qu’on a ! Vous l’aurez compris, Prêt à Tout est un film que je vous conseille en rien à cause de son scénario qui se veut être ce qu’il n’est pas, de sa structure prévisible qui rend le film sans intérêt et de ses personnages horripilants et caricaturaux. Le casting ni est pour rien, car ils font tout ce qu’ils peuvent pour sauver ce film du naufrage, mais il n’y a rien à faire, ce scénario est un véritable parpaing.

0.5/5

Prêt-à-Tout-Critique-Image-Max-Boublil-1 Prêt-à-Tout-Critique-Image-Max-Boublil-4 Prêt-à-Tout-Critique-Image-Max-Boublil-3 Prêt-à-Tout-Critique-Image-Max-Boublil-5 Prêt-à-Tout-Critique-Image-Max-Boublil-2

Commentaires Facebook

3 commentaires sur “Prêt à Tout [Critique]

  1. Vu pour ma part en avp lundi, et je peux témoigner que la salle riait beaucoup. Certes tout cela n’est ni très fin ni très original, mais Aïssa Maïga, Max Boublil et Chantal Lauby, notamment, s’en sortent plus qu’avec les honneurs. Alors parler de “navet sans précédent” est totalement injustifié (sauf si votre objectif est d’augmenter l’audience de votre site)… et risible, car il y a tellement pire, et vous le savez parfaitement : Max Pécas et consorts sont déjà passés par là dans les années 70 pour redéfinir les abysses du navet. 😀

    1. Rien à voir avec du buzz, j’admets que je vais loin dans cette critique, mais je reste objectif lorsque je dis que ce film est très très mauvais. J’utilise surtout ce film pour passer un coup de gueule contre toutes les comédies structurées de la même sorte que celle-ci. C’est facile et ça commence vraiment à agacer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *