Petit Paysan réalisé par Hubert Charuel [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : “Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”121″]


Premier film présenté lors de la Semaine de la Critique à Cannes en mai 2017, Petit paysan a étonné. Non pas son sujet : le drame des paysans français face aux maladies qui déciment les troupeaux mais bien par sa nervosité. Une certaine urgence nécessaire, absolue dans le premier film d’Hubert Charuel, diplômé de la Fémis. Cette urgence se ressent dès le plan d’ouverture par le cauchemar de Pierre empêché de sortir de chez lui où il cohabite avec ses vaches dans sa chambre, son salon… Un film pour expliquer la crise du monde paysan actuel. Le sortir aussi des images d’Épinal offertes par une célèbre émission de télévision française ! Ce premier film tient à rétablir une vérité ou plutôt une réalité loin des canons actuels. Loin d’une espèce de vie rêvée et fantasmée du paysan avec son troupeau.

Entre soeur et frère, entre la vétérinaire et le paysan, qui connaît mieux le troupeau ?

L’histoire est pourtant de simple facture : un jeune paysan, qui a repris la ferme de ses parents, se retrouve face à un cas d’une vache malade au sein de son troupeau. Et quand la vétérinaire n’y croit pas, quel recours a-t-il si ce n’est de cacher cette bête pour éviter que tout son bétail ne soit abattu ? Ce film n’est pas une simple chronique qui tenterait de présenter le quotidien des paysans, c’est aussi un thriller social. Le fait qu’Hubert Charuel soit issu du milieu paysan des éleveurs laitiers, renforce la peinture faite de ce monde. Il n’y a pas de tricherie, pas de mensonge. Les mots sont pesés, les acteurs réalistes et l’histoire tend à expliquer les malheurs de la paysannerie actuelle. On perçoit le mal-être, la volonté de tout faire pour s’en sortir et de sauvegarder un héritage face à des directives européennes menaçantes et contraignantes. Ce sont ces contraintes qui poussent notre petit paysan, Swann Arlaud impressionnant, vers les sites complotistes où les YouTubeurs paysans expliquent et démontrent les longueurs de l’administration européenne.

En cette période troublée d’ordonnances sur le code du travail, Petit Paysan rappelle que l’homme n’est bien souvent qu’un petit point face aux rouages politico-administratifs de l’Union européenne. Cependant, pour éviter le pathos, le film s’appuie sur un casting impeccable. Bouli Lanners en paysan dépassé et sous prozac est parfait. La soeur de notre petit paysan, Sara Girardeau, interprète avec finesse la vétérinaire qui n’arrive pas à empêcher la spirale dans laquelle s’enfonce son frère… Même les seconds rôles entourant Pierre sont choisis avec soin (comme la mère interprétée par Isabelle Candelier). Et que dire de notre Petit Paysan ? Éclatant enfin au grand jour, loin des seconds rôles habituels qu’il a illustré à la perfection, Swann Arlaud gagne une dimension supplémentaire. Après Baden Baden, en 2016, où il partageait l’affiche avec Salomé Richard, il livre une composition où chaque geste est pesé, chaque action calibrée. Il n’est plus un acteur, il est le paysan qui se débat avec l’épidémie car il aime sa ferme, sa vie et ses vaches. Son interprétation est sans faille : la caméra révélant enfin l’étendue de son génie !

En résumé, à la fois chronique social, drame rural et thriller, ce premier film est habile. Petit Paysan montre le malheur du monde agricole actuel coincé entre directives européennes, maladie contagieuse et difficultés de vivre un quotidien. Que reste-t-il quand on vous prend ce qui est toute votre vie ? Sans esquisser de réponses toutes faites, le film pose un état des lieux alarmant où Swann Arlaud est impressionnant.

[usr 4]


Commentaires Facebook

1 commentaire sur “Petit Paysan réalisé par Hubert Charuel [Sortie de Séance Cinéma]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *