Peter et Elliott le Dragon (Critique l 2016) réalisé par David Lowery

Peter-et-Elliott-Dragon-Disney

Synopsis : “Depuis de longues années, M. Meacham, un vieux sculpteur sur bois, régale les enfants du coin avec ses histoires sur un féroce dragon qui vivrait au plus profond de la forêt voisine. Pour sa fille Grace, garde forestière de son état, tout ceci n’est que contes à dormir debout… jusqu’au jour où elle fait connaissance avec Peter. Ce mystérieux petit garçon de 10 ans – qui dit n’avoir ni famille ni foyer – assure qu’il vit dans les bois avec un dragon géant baptisé Elliott. Et la description qu’il en fait correspond étonnamment à celui dont parle son père… Avec l’aide de la jeune Natalie – la fille de Jack, le propriétaire de la scierie -, Grace va tout mettre en oeuvre pour découvrir qui est vraiment Peter, d’où il vient, et percer le secret de son incroyable histoire…”

Au bout d’un moment, je vais devenir le spécialiste des reboots et autres remakes. Après les Ghostbusters, voici maintenant le retour d’un film pour enfants avec l’insertion de dessin animé, à savoir un dragon vert avec une crête rose, il s’agit bien entendu de Peter et Elliott le Dragon. Sorti en 1977 aux USA et l’année suivante en France, Disney a décidé de reprendre son catalogue pour porter en live action leur film d’animation (comme le Livre de la Jungle) ou penser le remake de leurs vieux films comme prochainement Mary Poppins (même si l’action se situera 20 ans après l’original avec Julie Andrews). Et aujourd’hui, il s’agit de Peter et Elliott le Dragon.

Contrairement à l’original, cette fois-ci, il n’est pas question d’un orphelin fuyant sa famille adoptive, mais d’un orphelin retrouvé dans la forêt suite à un début de déforestation de celle-ci. Bien entendu, cet orphelin, Peter, a toujours son ami : un dragon magique qu’il nomme Elliott. Filmé dans des décors magnifiques, qui ne sont pas sans rappeler les décors naturels du Seigneur des Anneaux ou du Hobbit… normal, cela se déroule en Nouvelle-Zélande, c’est au-delà de ça, le travail opéré par le réalisateur qui surprend. Choix a été fait par Disney de confier le remake à David Lowery qui a réalisé le drame romantique et quelque peu violent, Les Amants du Texas avec Rooney Mara et Casey Affleck. Si le choix s’est porté sur lui, c’est pour le soin qu’il apporte à chacun des personnages, car il faut bien le reconnaître si tout le monde joue correctement sa partition, David Lowery réserve à chacune et chacun d’entre eux, son moment de bravoure.

Peter-Et-Elliott-Le-Dragon-ImagePeter-Et-Elliott-Le-Dragon


Le casting est impeccable, car ils sont tendres et délicats notamment Bryce Dallas Howard qui après les dinosaures de Jurassic World, rencontre un dragon cette fois. Elle est parfaite en future mère adoptive. Épaulée par Robert RedfordWes Bentley et Karl Urban, ce sont surtout ses jeunes partenaires qui sont à louer. Les jeunes Oakes Fegley (Peter) et Oona Laurence (que l’on avait vu en fille de Jake Gyllenhaal dans la Rage au ventre) sont touchants et épatants. Ils font le film et proposent les meilleurs moments d’émotion d’une histoire qui ravira les plus petits. Surtout les plus petits, car Peter et Elliott le Dragon s’adresse essentiellement aux plus jeunes d’entre vous (c’est une sortie idéale du dimanche en famille), même si la première apparition d’Elliott peut surprendre et faire un peu faire peur.

Certains adhèrent,, d’autres moins… force est de constater que visuellement, le film est des plus réussis. De beaux effets spéciaux portant en étendard un dragon plus que réel, garnissent un long-métrage malheureusement limité par le public qu’il cherche à viser. Ainsi, de magnifiques paysages, un beau dragon et l’on en passe des meilleurs, ne font pas un film. Le scénario ne développe pas suffisamment certains arcs narratifs qu’il prend néanmoins le temps de poser, tel que la protection de l’environnement et des espèces menacées. En effet, c’est parce que la forêt dans laquelle vivent Peter et Elliott est en train d’être détruite, qu’on les découvre. La thématique environnementale va uniquement être un prétexte afin de justifier la découverte des deux personnages, sans être bien pus développée. Ce message n’est pas poussé à son maximum car il aurait pu avoir un réel impact sur les plus jeunes qui sont l’avenir de la société. Gageons que lors de sa prochaine réalisation, David Lowery pourra reprendre ce thème pour toucher un public plus large ! Qu’ajouter de plus ? Que l’on ne retrouve pas les chansons de l’original, mais est-ce embêtant ? Non, car les musiques choisies pour le film font le travail et servent d’accompagnement sans gêner l’histoire. Bien entendu, vous devez apprécier la musique country.


En Conclusion :

Un film poétique qui fait la part belle à l’imagination et à l’enfance mais qui souffre de ne pas exploiter suffisamment les thèmes de la protection de l’environnement. Un film qui, surtout, s’adresse essentiellement aux plus jeunes qui seront ravis de rencontrer cet ami aux poils verts. Peter et Elliott le Dragon est un film mignon démontrant avant tout la maîtrise de David Lowery du script qui lui est fourni, pour changer de registre et nous offrir une belle aventure, même si imparfaite. À lui maintenant de confirmer et de se préparer à mettre en scène la nouvelle adaptation live du film d’animation cultissime : Peter Pan en version live également. Et honnêtement, j’ai hâte !

[usr 2.5]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *