Pépite n°2 : “Who’s that girl ?” (air connu)

Chronique-Suricate-Pépite-2


Et non, la deuxième pépite n’est pas le film de James Foley de 1987 avec Madonna dans le rôle titre. Si la chanson restera célèbre, le film est un peu oubliable.

Mais qui est donc cette femme qui orne l’image à la une de cette deuxième pépite ?

Cette demoiselle s’appelle Cassandra Peterson et elle n’est autre que…

Voyons et si on jouait un peu ?

Cette demoiselle est la reine d’un film d’horreur sorti en 1988 signé par James Signorelli dont c’est le seul titre de gloire.

Autant vous le dire aussi de suite, film de Série Z, cette deuxième pépite va vous surprendre. Et je vous avais prévenu car il y aura dans ces pépites : des films qui sont dans la mémoire de tous les cinéphiles et d’autres qui sont uniquement dans ma mémoire où de quelques autres cinéphiles !

Si Bagdad Café fait partie du panthéon de 98,8 % des cinéphiles, le film d’aujourd’hui fait partie du panthéon d’au moins 2,5 % de cinéphiles… quoique ?!

Fin du suspense, voici la bande-annonce pour vous montrer à quel point Cassandra Peterson est différente dans la vie de tous les jours par rapport au rôle qui l’a rendu totalement célèbre.



Quelle est l’histoire d’Elvira, maîtresse des ténèbres ?

Synopsis : “Devenue star de la série Z horrifique, Elvira voudrait monter un grand spectacle à Las Vegas, mais il lui manque cinquante mille dollars. C’est à ce moment qu’elle apprend la mort de sa riche grand-tante, Morgana. Avec ce décès renaît l’espoir. Elvira débarque alors dans la petite ville ultra conservatrice de Fallwell dans le Massachusetts, En fait la grand-tante ne lègue à Elvira que sa maison et un mystérieux livre de cuisine pour lequel un vieil oncle, Vincent, paraît prêt à toutes les folies. Elvira se heurte aussi à Chastity Pariah, une mégère représentant un club de défense de la moralité.”

Elvira Affiche

 

Nanar devant l’éternel, ce film permit tout d’abord à Cassandra de sortir enfin Elvira du petit écran en lui créant une vie propre qui lui permettra de passer à la postérité.

Pourtant, tout est cheap dans ce film : on voit les mouvements de la caméra, le doublage en français n’est pas toujours réussi et les effets spéciaux sont même à la limite.

Mais il est clair qu’Elvira a acquis un statut culte dès sa sortie.

Pour preuve, Cassandra Peterson est toujours présente au Comic Con, elle est chaque année la Reine d’Halloween et elle a même créé sa propre cuvée de vin : le Macabrenet !


 

Et donc en quoi ce film est-il ma pépite ?

Je l’ai découvert en 1990 sur Canal Plus lorsque les samedis soirs étaient consacrés aux films d’horreur (tous ceux après le premier samedi du mois qui était réservé à…).

Et avec mon frangin, Elvira nous a tout de suite plu : non, ses atouts ne sont pas son seul talent !

En effet, l’humour au second, troisième et même seizième degré est emballant avec des répliques cultes telles que :

  • “Je m’appelle Elvira ! Mais vous pouvez m’appeler… ce soir !”
  • “Dites-leur que j’étais bien plus qu’une remplissages de biberons, que ma valeur se situait au-dessus de mon nombril”
  • “J’ai besoin de ce boulot comme d’un lépreux a besoin d’un miroir.”

Elvira


Vous situez maintenant pleinement le niveau cul-turel du film. Et pourtant ce film a un atout : son scénario, co-écrit par Cassandra elle-même.

Edie McClurg

 

Oui, le scénario tient la route même s’il est basique et qu’il joue sur le thème des Sorcières de Salem. D’ailleurs, l’arrivée d’Elvira dans le village de sa grand-tante n’est pas sans rappeler la place du village de Ghost Whisperer. Et sa voiture porte le nom de Kickass car elle va en botter des derrières croyez-moi… dont celui de Edie McClurg, en grande représentante du club de la moralité qui n’est pas sans rappeler Christine Boutin… vous ne trouvez pas ?

Enfin, tout y est drôle et dingue : les situations, la lecture de l’héritage rêvé et la véritable lecture ensuite, les travaux de mise en “beauté” de la maison dont hérite Elvira, la projection du film (il s’agit de l’attaque des tomates tueuses… nanar devant l’éternel) et surtout la reprise de Maniac qui fit le succès de Flashdance entre autre !


 

Ce film a-t-il obtenu des prix ?

Bien entendu le Razzie de la pire actrice en 1989 mais aussi le Prix de la critique et le Prix du Public du 18ème Festival du Film Fantastique de Paris.

Et enfin, le Prix de la meilleure actrice en 1990 à l’Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur et surtout le Prix du meilleur film fantastique international en 1990 à Fantasporto (Festival à Porto).


Un Mot en Conclusion...

 

  • Un budget de 7,5 millions de dollars pour seulement 5 569 267 dollars amassés.
  • Un box-office international inexistant car le film n’est sorti qu’en VHS et il a acquis un statut cultissime ! En fait, on peut dire qu’Elvira est la mère de tous ces films dont le succès s’est fait par le bouche à oreilles en se refilant la cassette sous le manteau, des copies pirates alors qu’aujourd’hui, on le téléchargerait illégalement.
  • Cassandra Peterson a acquis le statut de véritable Reine de la nuit et surtout de Maîtresse des Ténèbres : elle a été invité dans tous les shows US et même vu son apparition dans le Canard déchainé, épisode de la série culte Les Simpsons !
  • Le final d’anthologie à Las Vegas où les tenues sont exubérantes.
  • Elvira a remis au goût du jour le statut de présentatrice de show horrifiques à la télé.
  • Enfin, Elvira a pu exercer tous ses talents : le chant, la danse, l’écriture et l’humour.

Que restera-t-il d’Elvira ? Un personnage haut en couleur qui aurait pu dévorer sa vie mais comme elle le dit en interview : “Elvira a pris ma vie mais aussi ma carrière mais j’aime ça !”

Enfin, si vous voulez en savoir plus, Elvira à même un site internet que vous découvrirez en cliquant sur le nom de maîtresse des Ténèbres !

Simpsons

Commentaires Facebook

1 commentaire sur “Pépite n°2 : “Who’s that girl ?” (air connu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *