Nous York Critique

Nous-York-Critique
“Michaël, Nabil et Sylvain, trois trentenaires de Nanterre, débarquent à New York par surprise à l’occasion de l’anniversaire de Samia, leur amie d’enfance. C’est Gabrielle, elle aussi une amie de toujours qui a tout organisé. Les deux copines ont quitté leur cité depuis deux ans pour tenter leurs chances aux États-Unis. Samia est l’assistante personnelle d’une célèbre comédienne avec qui elle partage un sublime appartement. Gabrielle, quant à elle, travaille dans une maison de retraite où elle a lié une relation tendre avec Mme Hazan, une Française placée ici par ses enfants.
Transposés à New York, les liens étroits tissés depuis toujours prennent un relief particulier, au rythme des péripéties de leur séjour, du quotidien new-yorkais des deux amies et de la découverte de la ville culte…”
Géraldine Nakache n’a pas une filmographie parfaite, loin de là puisqu’elle a joué dans de vilains films comme Il Reste du Jambon ou Le Coursier, mais s’il y a bien une chose qu’elle n’a pas loupée, c’est sa carrière de réalisatrice. Elle n’a réalisé qu’un seul film et a réussi à ce faire reconnaître grâce à se mise en scène fluide et son scénario à la fois touchant et drôle. Tout ce qui Brille était le coup de coeur de 2009 et cette année elle et Hervé Mimran qui est son binôme sur chaque film sont de retour avec Nous York. Attendu au tournant, ce film ne peut que plaire à une génération de personnes, sauf qu’il n’est pas aussi parfait qu’on l’aurait aimé.
Pour être direct, Nous York est un film que j’attendais énormément, car il reprend les bases de l’excellent Tout ce qui Brille. Il est vrai qu’on sort de la séance avec une banane pas possible, mais il manque une chose essentielle qui est une trame principale. Le scénario est très clairement le point faible de ce film. Il veut essentiellement se focalisé sur les personnages et sur ce point le scénario est très bon puisque tous les personnages cohabitent sans problèmes e ils sont tous assez mis en valeur pour que le spectateur n’en oublie pas un seul. Chaque personnage possède sa propre caractéristique, il y a le drôle, le convoité… mais surtout chaque personnage possède une valeur familiale. Tout ça pour dire que chaque personnage nous est très bien exposé et on peut même s’identifier à eux, sur certains points le réalisme des réactions est saisissant.
Saut qu’il manque quelque chose pour embellir le tout. On a le lien familial qui est le thème principal ainsi que la communication entre différentes générations. Tout ça est bien beau et assez bien mis en valeur grâce aux personnages qui nous sont bien présentés, mais encore une fois le tout manque de clarté. Pleins d’idées nous sont exposées et par moment on ne sait que comprendre. Le scénario devient donc vite brouillon et le spectateur s’envenime petit à petit jusqu’à la fin qui elle est claire et net. C’est dommage, car encore une fois on a des personnages qui sont réalistes et auxquels on peut s’identifier grâce à des dialogues qui sont donc réalistes et sincères. Les dialogues sont bien écrits et permettent aux spectateurs de savoir si l’on veut nous entraîner vers de la comédie pure ou sur un ton plus dramatique.
Si on peut très rapidement s’identifier à un personnage ou même à ce groupe d’amis, c’est grâce à la mise en scène de Géraldine Nakache et d’Hervé Mimran. On a une mise en scène qui est bonne, car elle est faite en toute simplicité. On a une caméra qui est stable et des plans qui sont assez longs. Le fait d’avoir des séquences assez longues et sans coupure permet une immersion immédiate du spectateur dans cette ville de New York qui n’a jamais été aussi bien filmée. La ville est filmée à l’image des personnages, c’est à dire comme si on la visitait pour la première fois. Les quartiers réputés vont être très beaux et colorés alors que les quartiers plus pauvres seront montrés tels quels. La photographie est belle et réaliste encore une fois. On a vraiment un film qui est réaliste et qui veut que le spectateur voyage dans cette ville de New York et ressente les mêmes émotions qu’eux.
Car ils vont en ressentir des émotions. Ce film est un ascenseur émotionnel, on va passer du “rire” aux “larmes” en un rien de temps. On a rarement le temps de se reposer et le tout passe à une vitesse assez phénoménale grâce à ce casting qui nous faire “rire” et “pleurer”. Géraldine Nakache et Leila Behkti sont excellentes comme à leurs habitudes, il n’y a rien à dire tout comme Manu Payet qui est convaincant à souhait. La révélation du film se nomme Nader Boussandel qui est très drôle même s’il en fait légèrement trop par moment. C’est exactement l’inverse concernant l’autre révélation qu’est Baptiste Lecaplain qui lui se fait trop petit et devrait donner plus de ton dans sa voix histoire qu’il prenne le dessus, car il a de quoi nous convaincre dans le domaine de la comédie, comme dans celui du drame, car il arrive à être dans la retenue sans vouloir nous soutirer des larmes.
Nous York c’est un très bon feel good movie qui arrive à nous donner la banane comme nous faire “pleurer”. Il possède une bonne réflexion sur la transmission entre les générations, sauf que ce propos est envenimé sous plusieurs autres réflexions comme la relation dans sa propre famille… Même si la mise en scène est très bonne et nous propose un film réaliste qui permet au spectateur de s’immerger dans cette grande ville de New York avec ce groupe d’ami, il reste ce scénario qui est brouillon et quelques facilités qui sont prises afin d’avoir un film plus léger.
3/5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *