Mr. Right (Critique | 2016) réalisé par Paco Cabezas

Mr-Right-Anna-Kendrick-Banner

Synopsis : “Après bien des déconvenues amoureuses, une femme tombe enfin sur l’homme parfait… Qui s’avère être un tueur à gages.”

Il y a des réalisateurs que l’on peut qualifier de cinéastes. Ils ont une véritable patte, artistique, technique ou encore scénaristique, et l’ont ajouté au panthéon du cinéma. D’autres sont à l’inverse de véritables extraterrestres et ils nous fascinent. Paco Cabezas fait partie de ses réalisateurs aux filmographies fascinantes. Réalisateur, mais également scénariste et acteur à ses heures perdues. Attention, le bougre a souvent joué en France dans des séries françaises comme “B.R.I.G.A.D.“, “Femmes de Loi“, “R.I.S. Police Scientifique“, mais également dans des films dont un certain Camping 2. Après avoir dit ça, avez-vous vraiment besoin d’un autre argument pour donner une image plus ou moins bonne à ce Paco Cabezas ? Je vais quand même vous ne donner un. Avant de mettre en scène Mr. Right, film dont nous allons parler dans cet article, il était déjà passé derrière la caméra à quelques reprises dont une fois avec en premier rôle un acteur pour lequel la coupe de cheveux passe avant tout. Eh oui, Paco Cabezas est celui auquel on doit le fameux Tokarev, un des nombreux Direct to Vidéo avec Nicolas Cage. La classe non ? Maintenant que vous n’avez certainement plus envie de voir Mr. Right, à moi de vous faire changer d’avis. Puisque oui, ce Direct to Vidéo exclusif à la plate-forme Netflix n’est pas une purge immonde.

Proposé uniquement en sortie limitée le 8 avril 2016, Mr. Right n’a rapporté aux États-Unis que la somme de 25.369 dollars pour un budget estimé à 8 millions. Malgré ce budget “réduit”, si ça, ce n’est pas un flop, on a du mal à savoir de quoi il s’agit. C’est donc sans surprise que le film n’a pas eu droit à une sortie dans les salles de cinéma françaises, mais à une sortie exclusive sur Netflix. Ces derniers ayant le monopole de la vidéo en ligne et de l’argent, tout est réuni au sein de Netflix pour offrir au film la visibilité qu’il mérite. Qu’il mérite en effet, car Mr. Right est une comédie d’action à l’histoire extrêmement classique et convenue dans ses moindres rouages, mais qui a le mérite de divertir et d’être efficace dans ce qu’elle entreprend. Dans la lignée d’un American Ultra réalisé par Nima Nourizadeh, Mr. Right est un film décomplexé où l’action sera primordiale et utilisé comme ressort comique dans sa première partie. D’un côté une jeune femme qui sort tout juste d’une relation et de l’autre un tueur à gages qui a décidé de ne plus tuer. Deux personnages perdus et complètement déjantés qui être central au récit. À l’image du film de Nima Nourizadeh, ce Mr. Right va être dicté par le couple principal, l’évolution de leur relation ainsi que l’évolution de la personnalité des deux personnages. Personnages caricaturaux dans leurs agissements, mais dont les personnalités sont en concordance avec l’esprit qui plane sur ce film. Classique et prévisible, mais décomplexé et sans prétention. En effet, Max Landis, ici scénariste et déjà scénariste de American Ultra, ne c’est pas foulé en se contentant de reprendre les mêmes rouages scénaristiques sur les deux films (voire trois, vous pouvez ajouter le très dispensable Victor Frankenstein).

Mr-Right-Netflix-Sam-RockwellMr-Right-Netflix-Anna-Kendrick


Malgré une certaine prévisibilité et une histoire à laquelle on ne fait très rapidement plus attention, le long métrage n’en devient pas inintéressant pour autant. Porté par un casting en forme, à la sympathie immédiate et qui fait transparaître une bonne entente et bonne humeur sur le tournage, Mr. Right conserve sur toute sa durée une dynamique entraînante et bien gérée par la technique. Simple dans ses différents axes de caméra et dans le choix des cadres, les plans sont suffisamment bien élaborés afin que le monteur n’ait pas à réaliser un découpage de mauvais goût. Des plans aux durées variantes, mais rarement, voire jamais, de moins de deux secondes. Et ce, même lors des scènes de combat. Des chorégraphies lisibles, aux mouvements fluides et un cadre suffisamment large permet aux plans de durer et de ne pas chercher le raccord à chaque nouveau mouvement. Un minimaliste qui fait plaisir et permet de voir qu’il est possible de réaliser un film d’action fluide et lisible sans avoir deux plans à la seconde entrecoupés par plusieurs explosions. Les quelques ralentis, justifiés par le scénario, sont également suffisamment bien placés et au nombre suffisamment léger, pour ne pas devenir un effet redondant et énervant.

Suffisamment réussi techniquement parlant, afin de passer le cap de la simple comédie d’action du dimanche soir, Mr. Right va légèrement plus loin grâce à son casting. Un casting composé essentiellement de deux acteurs, à savoir Sam Rockwell et Anna Kendrick. Quelques ressorts scénaristiques amenés par les personnages secondaires jouent sur les codes du film d’action et s’en moquent volontairement. C’est drôle et ça permet au film de conserver sa dynamique comique. Mais malgré tout, ces personnages d’ordre secondaire, ne restent que de simples faire-valoir sans grands intérêts. Le couple principal, sur lequel repose l’intégralité du film, quant à lui, fonctionne bien. Grâce à une bonne entente indéniable entre les deux acteurs, celle-ci transparaît à l’image et donne au film ce “peps” nécessaire afin que le spectateur ne décroche pas ou ne fasse pas attention à l’histoire extrêmement classique et prévisible. Ils s’amusent, et même si leurs personnages ne sortent pas des stéréotypes habituels, ça suffit amplement à ce que le film fonctionne.


En Conclusion :

Mr. Right n’est pas un mauvais film, mais n’est pas pour autant un film qui marquera l’histoire du cinéma ou vous marquera vous en temps que spectateur. C’est un film à l’histoire convenue, aux personnages stéréotypés et prévisibles dans leurs actions, mais dont la bonne humeur communicative et la dynamique maintenue sur l’intégralité permettent de passer un bon moment. Le minimalisme de l’action et la volonté de ne pas créer de dynamisme par le montage, mais bel et bien par l’action présente dans le cadre embelli ce film. On sort des productions américaines habituelles qui cherchent à en faire toujours plus, avec plus de mouvements de caméra, plus de plans de coupe… et ça fait du bien. Mr. Right, une comédie d’action sans prétention et ça ne fait pas de mal !

[usr 3]


 

Commentaires Facebook

1 commentaire sur “Mr. Right (Critique | 2016) réalisé par Paco Cabezas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *