Match Retour [Critique]

Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Affiche

“Henry “Razor” Sharp et Billy “The Kid” McDonnen sont deux boxeurs de Pittsburgh propulsés sous le feu des projecteurs grâce à leur rivalité ancestrale. Chacun a eu l’occasion de battre son adversaire à l’époque de sa gloire, mais en 1983, alors qu’ils s’apprêtaient à disputer un troisième match décisif, Razor a soudain annoncé qu’il arrêtait la boxe : sans explication, il a ainsi brutalement mis fin à leur carrière à tous les deux. Trente ans plus tard, le promoteur de boxe Dante Slate Jr., y voyant une occasion de gagner beaucoup d’argent, leur fait une offre irrésistible : monter sur le ring pour obtenir leur revanche une bonne fois pour toutes.”

Qui n’a jamais rêvé de voir s’affronter Rocky Balboa et Jake LaMotta réciproquement stars de la boxe dans les films Rocky et Raging Bull. Grâce à Peter Segal ce rêve est devenu réalité et il est maintenant disponible dans vos salles de cinéma par le biais du film Match Retour. Faux film de boxe, Match Retour est avant tout une comédie familiale et sentimentale écrite dans le but d’offrir une dose de bons sentiments à l’américaine. Débutant en 1983 afin d’effectuer une introduction sur les deux personnages principaux ainsi que sur leur rivalité, on sent que le film souhaite avant tout mettre en avant cette rivalité et non pas le sport qu’ils pratiquent. Faire tenir une rivalité sur une durée de prêt de 2 heures n’est pas simple et pour cela, les scénaristes nous offrent tout ce qu’il est possible de mettre en place dans ce genre de film, à savoir : un fils disparu qui revient, de la prise de conscience à ne plus savoir qui est qui et bien évidement un retour aux sources pour les deux personnages qui ont besoin avant tout d’une famille. C’est bien connu, pour être combatif et au mieux de sa forme physique comme psychologique, il faut être serein et proche des siens. C’est une thèse qui se tient et qui peut permettre de créer de l’empathie entre le personnage en question et le spectateur, mais pas dans un film qui se veut être une comédie axée sur la boxe.

Plus proche de Rocky dans la forme que de The Fighter, Match Retour est un film qui se cherche et qui se ne trouvera jamais. Il suffit d’écouter la bande sonore uniquement composée de musiques “populaires” pour comprendre que ce n’est pas un film à prendre au premier, mais bien au second degré. Inintéressant dans le fond, c’est son aspect comique qui sauve le film. Celui-ci repose intégralement sur les deux personnages principaux qui ne sont en aucun cas Henry Sharp et Billy McDonnen, mais bien Rocky Balboa et Jake LaMotta. Le spectateur ne cesse de penser à ses deux personnages légendaires du cinéma et c’est ce parallélisme évident qui rend le film souriant et plaisant. Transposer ces deux personnages dans un monde moderne où pour survivre il leur faudrait faire des publicités ringardes et effectuer de la motion capture pour les jeux vidéo, donne une tout autre dimension au film durant quelques séquences. Jamais fulgurant de par son écriture qui recèle de facilités scénaristiques, c’est grâce à ses dialogues et aux acteurs principaux que le film va être sauvé. Assez inégaux, les dialogues s’en sortent tout de même bien grâce à un sens de la dérision qui colle à la peau des personnages et des acteurs. Encore une fois c’est l’imagination du spectateur qui va faire en sorte que le second degré des dialogues réussit à faire sourire.

Sylvester Stallone et Robert de Niro s’amusent comme des gosses et nous font plaisir sauf qu’ils tombent trop facilement dans l’autocaricature. Surtout en ce qui concerne Robert de Niro qui aime surenchérir et abuser d’expressions faciales et gestes en tous genres pour prouver qu’il ne se laisse pas marcher sur les pieds. Écrit dans le simple but d’offrir une belle morale américaine pleine de bons sentiments, Match Retour est un film qui porte très mal son nom puisqu’il n’y pas confrontation. Rassurez-vous, le combat tant attendu à bien lieu, mais de celui-ci on ne peut visualiser que deux rounds et la toute fin du dernier round. Encore une fois, le côté sportif et combatif du film est mis à l’écart, ce qui est frustrant, car c’était simplement le but du film. Match Retour est un film de boxe frustrant qui dispose d’un scénario cliché et peu intéressant, mais il en reste une comédie légère et divertissante, car porté par deux poids lourds du cinéma qui nous offres quelques séquences souriantes.

2.5

Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Image-4Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Image-2 Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Image-3Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Image-5 Match-Retour-Grudge-Match-Critique-Image-1

Commentaires Facebook

2 commentaires sur “Match Retour [Critique]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *