Les Indestructibles 2 réalisé par Brad Bird [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : “Notre famille de super-héros préférée est de retour! Cette fois c’est Hélène qui se retrouve sur le devant de la scène laissant à Bob le soin de mener à bien les mille et une missions de la vie quotidienne et de s’occuper de Violette, Flèche et de bébé Jack-Jack. C’est un changement de rythme difficile pour la famille d’autant que personne ne mesure réellement l’étendue des incroyables pouvoirs du petit dernier… Lorsqu’un nouvel ennemi fait surface, la famille et Frozone vont devoir s’allier comme jamais pour déjouer son plan machiavélique.”

Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

Il aura fallu attendre 14 ans pour voir débarquer sur nos écrans une suite à l’un des classiques de l’animation Pixar, Les Indestructibles (2004). Une œuvre du studio ayant fait date, que ce soit dans son animation comme dans son genre, celui du film de super-héros. Les Indestructibles avait à l’époque mis une véritable claque au reste des adaptations de comic-book sur grand écran, figurant encore aujourd’hui parmi les meilleurs œuvres de Pixar, mais aussi parmi les meilleurs films de super-héros. Le projet a donc mis longtemps à aboutir pour nous revenir sous la direction du cinéaste Brad Bird [Le Géant de Fer (1999), Les Indestructibles, Ratatouille (2007), Mission Impossible : Protocole Fantôme (2011)]. Réalisateur du premier opus, cela peut laisser entendre une suite de qualité. Mais il n’est pas mauvais de rappeler que faire une suite à une œuvre culte de l’animation Pixar n’est pas toujours une grande réussite, notamment si l’on cite Le Monde de Dory (2016), toujours réalisé par Andrew Stanton, réalisateur du classique Le Monde de Némo (2003), qui, malgré ses qualités indéniables, est une suite largement inférieure à son prédécesseur. Pouvions-nous donc craindre à la fois le meilleur et le pire concernant Les Indestructibles 2, même sous la direction du talentueux Brad Bird. Verdict ?

Tout d’abord, Les Indestructibles 2 se pose dans une parfaite continuité avec le premier volet, que ce soit sur le plan scénaristique, comme dans le développement de ses personnages, l’évolution de son époque et son animation. Dès la scène d’ouverture, Brad Bird reprend la fin du premier volet sous un angle différent, tout en faisant écho à un élément du court-métrage qui accompagnait à l’époque la sortie des Indestructibles, Jack-Jack Attack (2004). Avec une scène d’ouverture magistrale en terme de mise en scène et d’animation, Brad Bird utilise habilement son matériau d’origine pour poser les bases de ce second volet, nous promettant au passage un film dans le même esprit que le précédent.

« Un digne héritier au premier opus qui s’impose aisément comme la meilleure suite faite à une œuvre Pixar depuis Toy Story 3. »

On retrouve dans cette suite les thématiques chères au premier opus : la réflexion autour de la figure du super-héros, remise au goût du jour avec notre actualité et l’omniprésence médiatique, ainsi que la question du féminisme autour de l’image du super-héros, le personnage principal de ce second opus étant clairement Elastigirl, là où Mr. Indestructible tenait le premier rôle dans le précédent opus. L’antagoniste de cette suite figure également dans l’ère du temps, puisqu’il s’agit d’une menace invisible qui pirate les médias de masse sous le nom de l’Hypnotiseur, un méchant qui n’est pas sans rappeler ceux d’un cinéma post-11 septembre, au cœur d’une société contemporaine en proie à une technologie omniprésente. Les Indestructibles 2 surpasse assurément son aîné sur un point particulier : celui de la modernité, que ce soit dans les thématiques adultes et contemporaines apportées au récit, que dans la pyrotechnie visuelle qu’orchestre Brad Bird à travers l’animation photoréaliste de Pixar, renvoyant au placard les scènes d’actions des derniers Marvel. Les scènes d’espionnage dans Les Indestructibles 2 ne sont pas sans rappeler l’action technologiquement moderne de Protocole Fantôme, le volet de la saga Mission Impossible réalisé par le cinéaste lors de son passage de l’animation au live-action.

Brad Bird reprend par ailleurs la construction scénaristique du premier film. Des clins d’œil que certains verront peut-être comme une redite, d’autres comme un excellent travail de continuité avec son matériau d’origine. Le cinéaste recycle les idées du précédent opus tout en les renouvelant, notamment en échangeant les rôles des personnages. Tandis qu’Elastigirl est au cœur des scènes d’actions, Mr. Indestructible se retrouve homme au foyer à s’occuper des enfants, notamment de Jack-Jack, le bébé dont on découvrait les pouvoirs à la fin du premier opus. Les quatorze années d’attente ont laissé le temps aux fans de la première heure de fantasmer sur la tournure que pourraient prendre ses pouvoirs dans ce second opus. Brad Bird a compris l’importance de cette attente, le long-métrage laissant une grande place à l’expérimentation des pouvoirs cartoonesque du bambin. Car s’il y a un terme pour définir l’humour de cette suite, c’est bien celui-ci. Les Indestructibles 2 poussent encore plus loin l’animation cartoonesque et la dimension slapstick des pouvoirs des membres de la famille, en particulier autour du personnage de Jack-Jack, notamment dans une scène à l’humour burlesque qui implique un raton-laveur (pour ne pas en dire plus) où l’imagination créative et l’animation pyrotechnique de Brad Bird et des animateurs de Pixar tournent à plein régime. Il ne fait par ailleurs aucun doute que plusieurs scènes de ce second opus, qu’il s’agisse des scènes d’action techniquement monumentales ou des scènes à l’humour ludique et cartoonesque, figureront d’ici quelques années parmi les images les plus marquantes des œuvres du studio à la lampe.

De la même manière qu’il aura fallu attendre plus de 30 ans pour avoir une suite magistrale telle que Blade Runner 2049 (2017) au Blade Runner (1982) premier du nom, pour citer un exemple récent, il aura fallu attendre plus de 14 ans pour avoir une suite aux Indestructibles. Et dans le cas de ce dernier, il vaut mieux tard que jamais car les années de patience auront été plus que bénéfiques au studio Pixar qui ne cesse depuis plus de 20 ans d’accoucher d’œuvres de plus en plus abouties les unes après les autres. Tout en étant dans une parfaite continuité avec son prédécesseur, autant dans sa construction scénaristique que dans son animation et tout en réactualisant et approfondissant les thématiques du premier opus, notamment dans sa réflexion autour de la figure moderne du super-héros et de la famille, surpassant, au moins sur le plan technique, son indétrônable prédécesseur avec une pyrotechnie visuelle dirigée avec une maestria dantesque, Brad Bird signe avec Les Indestructibles 2 un excellent film d’animation abouti. Un digne héritier au premier opus qui s’impose aisément comme la meilleure suite faite à une œuvre Pixar depuis Toy Story 3.



Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *