Le Monde est à Toi réalisé par Romain Gavras [Cannes 2018 Film REVIEW]

Synopsis : « François dit Farès, petit dealer, a un rêve : devenir le distributeur officiel de Mr Freeze au Maghreb. Cette vie, qu’il convoite tant, vole en éclat quand il apprend que Dany, sa mère, a dépensé toutes ses économies. Poutine, le caïd lunatique de la cité propose à Farès un plan en Espagne pour se refaire. Mais quand tout son entourage : Lamya son amour de jeunesse, Henri un ancien beau-père à la ramasse tout juste sorti de prison, les deux jeunes Mohamed complotistes et sa mère chef d’un gang de femmes pickpockets, s’en mêle, rien ne va se passer comme prévu ! »

Si l’année passée était une première, on a décidé de réitérer l’expérience et de faire profiter une nouvelle rédactrice. Du 8 au 19 mai 2018, nous sommes présents au 71e Festival de Cannes afin de découvrir les films qui feront l’évènement, ou non, les mois prochains dans les salles obscures, et ce, dans le monde entier. CinéCinéphile représenté cette année par la jeune journaliste Pauline Mallet qui nous donne son regard de cinéphile sur les films proposés en Sélection Officielle et dans les Sélections Parallèles.

Romain Gavras fait partie de ceux qu’on ne présente plus. Le réalisateur, et fils du cinéaste Costa-Gavras, est surtout connu pour ses qualités de plasticien du cinéma à travers des clips, notamment de musique rap et urbaine, et des publicités pour des marques de luxe. En 2010, le jeune auteur sortait Notre jour viendra, une comédie dramatique brillamment portée par le duo Vincent Cassel et Olivier Barthélémy.

Ici, le réalisateur signe de nouveau une comédie dramatique, avec des acteurs et actrices tous et toutes plus remarquables les uns et unes que les autres. Vincent Cassel, qui campe le rôle d’un ex-prisonnier resté coincé dans une décennie plus tôt, sort d’une zone de confort habituelle tout comme sa partenaire Isabelle Adjani, en mère autoritaire, loufoque et parfois effrayante. Même les seconds rôles, incarnés par des fortes personnalités comme François Damiens ou encore Philippe Katherine sont exquis. Quant à Sofian Khammes il est remarquable en dealer puissant mais immature et la talentueuse Oulaya Amamra met tout le monde d’accord dès sa première apparition à l’écran.

Le Monde est à toi pourrait être comparé avec tous les films de gangster excepté qu’il s’amuse à les détourner, à les prendre pour modèles pour mieux les nuancer et pour mieux s’en moquer. C’est une sorte de Scarface à l’envers où les personnages apprennent, ironiquement, que la vie n’est pas un film et qu’on ne joue pas avec le feu. Mais derrière tout ce sérieux, Romain  Gavras inclus dans son film une grande part de comédie. On se moque des personnages qui ne semblent pas avoir de limites. Il les caricature pour mieux les déconstruire, pour les rendre plus humains et plus touchants. C’est bling bling, clinquant mais, comme le rêve de Farès, d’une grande simplicité. Le réalisateur ne prend jamais de haut ses personnages, même lorsque leurs attitudes sont ridicules et qu’ils tendent vers le grotesque. Le réalisateur connaît ses sujets, il en est proche et cela fait totalement la différence car le long-métrage aurait pu être, entre de mauvaises mains, un panier garni de stéréotypes en tous genres. Il en est loin.

Parfois reproché, à tord, le long-métrage a cette image “clipesque” qui le rend unique. Les cités filmées sont bien plus jolies que le Paris des cartes postales et les personnages sont mis en valeur dans un environnement toujours hautement coloré ce qui créée un contraste avec la violence qui peut, parfois, être visible à l’écran. Mais, toujours pour mettre le film en parallèle avec les films de gangster, ces couleurs sont aussi l’inverse de ce que l’on peut attendre d’un long-métrage qui met en scène des caïds, des armes et des trafics multiples.

Pour son deuxième long-métrage le réalisateur de 37 ans prouve avec brio qu’il détient un univers bien singulier. Un hybride entre les œuvres pop, colorées et une réelle violence à la fois au sein de ses personnages, des images et des thématiques qu’il aborde. À l’image de sa carrière de réalisateur de clips musicaux, il est, un cinéaste de l’image et trouve la beauté et la couleur là où on ne penserait pas en trouver.


«Le Monde est à toi pourrait être comparé avec tous les films de gangster excepté qu’il s’amuse à les détourner, à les prendre pour modèles pour mieux les nuancer et pour mieux s’en moquer »

Le monde est à toi réalisé par Romain Gavras avec Karim Leklou, Oulaya Amamra, Vincent Cassel, Isabelle Adjani, Philippe Katherine et François Damiens, . En salles le 15 août 2018.


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *