Last Days of Summer [Critique]

Last-Days-Of-Summer-Critique

“Lors du dernier week-end de l’été, Frank, un détenu évadé, condamné pour meurtre, oblige Adèle et son fils Henry à le cacher chez eux.
Très vite, la relation entre le ravisseur et la jeune femme prend une tournure inattendue. Pendant ces quatre jours, ils vont révéler de lourds secrets et réapprendre à aimer…”

Au rayon des bonnes surprises qui ont trop vite signées de mauvais film, Jason Reitman se pose là. Auteur du génial et attachant Juno, du cool Thank You For Smoking et du réputé In the Air, Jason Reitman aborda en guise de 4eme film un sujet casse gueule (une écrivaine en panne d’inspiration) et se prit les pieds dans le tapis en livrant un film insipide, long et faisant l’exploit de faire mal jouer Charlize Theron. S’entourant cette fois de Kate Winslet et Josh Brolin, on pouvait espérer un renouveau, au milieu de la belle campagne américaine. On pouvait.

Bon commençons par les mauvais points du film. Comme dans Young Adult, Reitman survole son sujet et nous intéresse très peu aux personnages. Kate Winslet est une mère en deuil, Josh Brolin un fuyard en manque d’amour, et le petit est à la recherche d’une image paternelle. Voilà. Après une scène de rencontre assez incongrue, Jaosh Brolin va s’installer chez Kate Winslet et ils vont tendrement apprendre à se connaître et s’aimer. Sauf que voilà, le mec est un malfrat et il s’incruste chez eux de manière brutale, chose qui semble ne pas du tout déranger cette petite famille qui va apprendre à vivre avec ce bandit au grand cœur.

L’erreur de Jason Reitman est de ne jamais aller au fond des choses, il survole toujours son histoire. Les interactions entre les personnages sonnent souvent fausses tant tout va trop vite, et les persos ne sont jamais assez développés. J’aurai bien aimé voir Kate Winslet en proie au doute ou autre mais Jason Reitman les fait tomber amoureux et point.

Pour autant, Last Days of Summer n’est pas dénué de qualités. Jason Reitman mets bien en scène, certains plans contemplatifs sont super beaux (faut dire que les paysages s’y prêtent à merveille), la romance est bien filmée, et certaines scènes sont très jolies, autant picturalement qu’au sens figuré. Kate Winslet est parfaite, et Josh Brolin trouve une intensité qu’il n’avait pas dans le Old Boy de Spike Lee (ballot hein).

Mais, comme toujours, un bel emballage ne fait pas un bon film, et si Jason Reitman remonte un peu le puits qu’il s’était creusé avec Young Adult, son vrai retour attendra. Pas trop longtemps espérons le.

LABOR DAY LABOR DAY LABOR DAY LABOR DAY LABOR DAY LABOR DAY LABOR DAY

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *