Gabrielle [Critique DVD]

 Gabrielle-Critique-DVD-Test-Affiche

“Gabrielle et Martin tombent fous amoureux l’un de l’autre. Mais leur entourage ne leur permet pas de vivre cet amour comme ils l’entendent car Gabrielle et Martin ne sont pas tout à fait comme les autres. Déterminés, ils devront affronter les préjugés pour espérer vivre une histoire d’amour qui n’a rien d’ordinaire.”

Tel Room514 dont on vous a parlé il y a quelque temps, Gabrielle est un film qui a été très bien traité par la critique spécialisée, mais qui passa inaperçu lors de sa sortie en salles à cause d’une programmation surchargée et de son statut de film indépendant. La sortie DVD est un donc un excellent moyen pour donner une véritable première vie à un film qui le mérite…ou pas. Seconde réalisation de Louise Archambault après Familia en 2006, la réalisatrice revient avec un nouveau film aux thématiques très proches. En effet, alors que Familia est un film qui traite des relations qui peuvent changer entre diverses personnes de la même famille suite à un évènement particulier ou à une prise de position, Gabrielle nous offre également une belle histoire entre deux sœurs dont l’une ne serait “pas comme les autres”.

Lorsqu’on dit qu’une personne n’est pas comme les autres, il faut comprendre qu’elle est atteinte par une pathologie, d’une maladie ou d’un dysfonctionnement qui fait que la personne dispose d’un handicape mental ou physique. Ce qui est choquant, ce n’est pas la personne qui est handicapée ou atteinte d’une maladie, c’est de dire dans le synopsis du film, qu’il s’agit d’une personne pas tout à fait comme les autres. Cela signifie dans les grandes lignes qu’un handicapé est une personne différente, ce qui est anormal puisqu’il s’agit d’un humain comme n’importe qui. Bien évidement, le film part d’un bon sentiment puisque les personnages sont écrits dans le but qu’ils deviennent attachant aux yeux des spectateurs, mais mine de rien le film met mal à l’aise sans le vouloir. Contrairement à un film comme De Toutes nos Forces qui prend le parti de ne pas traiter du handicape, en filmant la personne atteinte de la même façon que n’importe qui et qui donc réussi avec brio de faire du handicape un mal qui n’en est pas un, Gabrielle fait l’exact opposé en souhaitant démontré par A + B qu’une personne handicapée est différente.

Cette volonté est étrange puisque la réalisatrice en vient à exacerber la psychologie et les réactions de la personne. Ce qui la rend agaçante, alors que le postulat de départ souhaitait la rendre touchante et attachante. Il est d’autant plus dommage d’effectuer un tel traitement de départ pour ce personnage puisque le film dispose d’une très belle histoire d’amour entre deux sœurs. Sophie va tout faire pour que sa sœur Gabrielle soit heureuse et épanouie, mais va se rendre compte qu’il faut fixer des limites et en franchir d’autres pour faire en sorte que tout le monde en sorte grandi et heureux. Très belle histoire d’amour fraternel, celle-ci s’avère aussi belle grâce aux prestation de deux comédiennes épatantes que sont Gabrielle Marion-Rivard et Mélissa Désormeaux-Poulin . Plus dans la retenue et la sincérité, Mélissa Désormeaux-Poulin nous touche et réussit avec brio à sauver la sincérité du propos initial gâché dans un premier temps par l’écriture du protagoniste du film. Malgré une histoire d’amour entre deux jeunes personnes classiques et sans véritables enjeux et un propos initial en partie gâché par une écriture maladroite, le scénario s’en sort in extremis grâce à cette très belle histoire fraternelle et à son casting épatant de minute en minute. Maladroit est un terme qui convient finalement très bien au film, puisqu’on pourrait l’utiliser pour parler de la réalisation de Louise Archanbault. Anecdotique, sans âme et ne réussissant pas à transmettre les émotions souhaitées, cette réalisation aurait mérité un soin plus méticuleux dans le choix des plans et cadrages pour que le propos du film puisse gagner en intensité et en émotion. Un film maladroit, disposant malgré tout de belles petites choses, tel un casting porté par une superbe Mélissa Désormeaux-Poulin et une histoire fraternelle qui aurait mérité une meilleure mise en avant.

2.5

À présent, faisons un petit point sur le DVD du film Gabrielle. DVD que vous allez peut-être vous procurer si jamais cet article vous en a donné l’envie, qui sait !

1394810027_296120_be72b95ad2543dea575ec433c75dcbff

  • Qualité Visuelle : Propre sans être exceptionnel et dénué de défauts. Visuellement, Gabrielle est un film qui dispose d’une image lumineuse et où les images n’ont pas été traitées en post-production. Brut, le film dispose d’un grain présent sur chaque plan, qui n’est pas choquant, mais qui aurait dû être évité tout de même. Ce grain naturel nous permet d’ancrer le film dans la réalité puisqu’il le rapproche de l’état brut d’une captation pouvant être faite par n’importe qui et avec n’importe quelle caméra. C’est donc un bien pour un mal, mais on préfèrera tout de même en dire du mal, puisque de nos jours nous sommes habitués à voir des films où l’image est lisse. Malgré tout, la technique est au rendez-vous puisqu’aucune saturation des couleurs, saccade ou chute de frame-rate n’est au rendez-vous et nous pouvons apprécier le film comme il se doit.
  • Qualité Sonore : À ce niveau, nous n’avons absolument rien à dire. La piste sonore est très bonne, aucun problème de balance n’est à signaler entre les chants et les dialogues et la synchronisation est parfaite.
  • Qualité Bonus : Tout comme c’était le cas pour Room 514, ici il ne faut pas s’attendre à avoir droit à un florilège de bonus. Malgré tout, le contenu proposé n’est pas négligeable puisque nous retrouvons un documentaire qui fait office de reportage sur l’actrice principale du film qui se nomme également Gabrielle tout en effectuant un Behind the Scene sur les scènes clefs du film. Un making of très intéressant et étrangement, beaucoup plus propre dans son traitement de l’image que celui du film. Peu de contenu, mais du contenu intéressant tout de même.
  • Conclusion : Gabrielle est un film moyen comme il a été expliqué dans la critique présente un peu plus, mais son DVD renferme un documentaire très intéressant, qui s’avère même être plus drôle et touchant que le film en lui même. Malgré tout, le DVD n’est pas parfait, à cause d’une qualité d’image qui souffre de la comparaison avec les autres films. Surement un parti pris, mais ça fait tout de même tache lorsqu’on est habitué à des films aux images lisses, car retravaillées.

Gabrielle-Critique-DVD-Test-Image-1 Gabrielle-Critique-DVD-Test-Image-2 Gabrielle-Critique-DVD-Test-Image-3 Gabrielle-Critique-DVD-Test-Image-4Gabrielle-Critique-DVD-Test-Image-5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *