Le Film Fantastique, lumière sur un beau livre dédié au cinéma de genre

le-film-fantastique-courrier-du-livre

“La troublante beauté de Barbara Steele, la morgue fascinante de Christopher Lee, la fausse fragilité de Peter Cushing, les subtiles nuances de la voix de Vincent Price… Le cinéma fantastique, c est évidemment ces immenses vedettes, emblématiques du second âge d or du genre. Mais c est aussi des milliers d images hypnotiques, sublimes ou repoussantes nées dans l aube grise de la littérature gothique européenne, corrigées par l expressionnisme allemand, s épanouissant dans les chefs-d oeuvre des studios Universal et RKO, des productions Hammer et de leurs variations italiennes… Le cinéma fantastique s impose désormais comme le genre dominant du xxie siècle.”

Une fois n’est pas coutume, l’on ne va pas vous parler d’un film dans cet article, mais bien d’un livre. Un livre que l’on pourrait nommer comme étant un « beau livre » puisqu’il comporte autant d’anecdotes et de textes intéressants que d’images de films qui ont marqués le cinéma. Ouvrage de la collection Ciné Vintage, l’on parle ici du livre dédié au Film Fantastique. Après le Film Noir, le Western, ainsi que le Péplum, c’est donc au tour du cinéma Fantastique et à tout ce que le genre peut englober, d’être décrypté par deux auteurs. Ici, ce sont Christophe Champclaux et Linda Tahir-Meriau qui ont la lourde tâche de « vulgariser » le genre afin que l’ouvrage soit ouvert à tous, sans pour autant trahir les fans et passionnés. Challenge Accepted !

Tout d’abord : « Qu’est-ce que Ciné Vintage ? ». Avant d’être une collection de « beaux livres », Ciné Vintage c’est une émission diffusée tous les mardi soir à 20h45 sur la chaîne MCE qui traite du cinéma populaire. Mais d’un cinéma populaire dans le sens le plus large du terme et non pas que du cinéma populaire tel qu’on pourrait l’entendre aujourd’hui avec les comédies françaises par exemple. Du kung-fu au fantastique, en passant par le péplum, tous les genres y sont présentés. Des reportages assez courts (moins de 5 minutes), mais très intéressants qui sont accessibles au plus grand nombre grâce à cette volonté première qui est de parler à tous et pas qu’aux cinéphiles. Avec la collection de « beaux livres », le but recherché est le même, mais avec un écrin soigné et un contenu bien plus vaste que celui d’une émission de quelques minutes.

Pari risqué, mais audacieux que celui de réaliser, ce qui est devenu aujourd’hui, une collection dédiée aux différents genres cinématographiques existants. La volonté de faire des « beaux livres » et non pas de simples livres d’analyses au format poche reflète bien cette envie de rendre les ouvrages accessibles à tous. Qu’il soit cinéphile ou non, si une personne souhaite se renseigner ou découvrir plus en détail un genre cinématographique qui l’intéresse, il peut le faire avec simplicité. La force de cette collection est de proposer un contenu riche et vaste sur un genre bien précis, sans pour autant prendre le lecteur pour l’idiot qu’il n’est pas. L’on est dans la présentation d’un genre, dans de la découverte pure et dure. Des prémices de sa fondation, jusqu’aux dernières œuvres qui en font partie sans pour autant être dans la lignée des œuvres dites aujourd’hui comme cultes et fondatrices. Généralement, un bon et large contenu qui va permettre au néophyte de découvrir certaines œuvres (qu’il va par la suite vouloir voir) et au passionné de revoir des images de ses films préférés. Néanmoins, ce dernier très concrètement, apprendra beaucoup moins de choses que le néophyte en la matière.

L’édition dédiée au cinéma fantastique débute par une préface écrite par Gerard Lenne, ainsi qu’une introduction comportant dix-neuf magnifiques images de films cultes allant du Dracula de Tod Browning au Labyrinthe de Pan de Guillermo del Toro, en passant par Le Masque du Démon de Mario Bava. Imprimées sur du papier glacé, les impressions sont magnifiques. C’est un véritable régal pour les yeux. De Browning à Del Toro, en passant par Bava sans oublier Burton ou encore Christophe Gans. Christophe Gans…un nom qui pourrait paraître hors sujet, tels les premiers cités sont d’ores et déjà entrés dans l’histoire du cinéma fantastique. Cependant, c’est celui-ci qui va plus particulièrement nous intéresser, puisque parfaitement représentatif de ce qu’est ce livre : Le Film Fantastique.

Une première de couverture choisie à partir d’un de ses films, une interview titrée « entre chiens et loups » lui est consacrée et un large bonus présent sur le DVD (52 minutes) fourni avec l’ouvrage revient sur les œuvres La Belle et La Bête (1946 et 2014) et plus majoritairement celle qu’il a mise en scène. Christophe Gans, réalisateur français et grand amateur du cinéma de genre (également fondateur de la revue Starfix en 1983), est au centre de cet ouvrage. Metteur en scène estampillé comme populaire, notamment grâce (ou à cause) du film La Belle et La Bête, Christophe Gans est avant tout un cinéaste de talent qui a su populariser le cinéma de genre. Ouvrir ce genre si fermé et pouvant être catalogué n’importe comment, à un large public, entre autres via le film Le Pacte des Loups. Pas moins de 5 millions d’entrées lors de sa sortie en 2001. Avec Silent Hill et La Belle et La Bête il se lança consécutivement deux grands défis : d’un côté l’adaptation d’une célèbre licence d’horreur et de l’autre succéder à Jean Cocteau. Silent Hill, un peu de côté, c’est avant tout La Belle et La Bête qui se voit mis en lumière dans l’ouvrage. Christophe Gans revient en détail sur la façon dont il a voulu adapter le conte originel et son rapport au film réalisé par Jean Cocteau. Le rapport privilégier qu’il a pu entretenir avec Henri Alkan, directeur de la photographie du film de Cocteau. Un film, qui est aujourd’hui une œuvre majeure de l’histoire du cinéma, une œuvre majeure du cinéma fantastique. Par son histoire, mais avant tout son travail visuel. Une œuvre picturale mise en lumière par un artiste à part entière. Là où l’interview écrite est intéressante, car balaye un large flot d’informations très rapidement, c’est l’interview vidéo qui s’avère être magnifique et très intéressante.

« Lumière sur La Belle et La Bête » est un documentaire uniquement composé des interviews de Christophe Gans, Henri Alkan, Christophe Beaucarne et François Baranger. Quelle était la vision de Christophe Gans ? Quelles étaient ses inspirations (picturales, cinématographiques…) ? Comment a-t-il travaillé avec son directeur de la photographie et inversement ? Quel a été le rôle de l’artiste François Baranger (concepteur d’artworks pour le studio Quantic Dream entre autres) ? Les questions sont multiples et les réponses sont extrêmement intéressantes, car elles s’attardent avant tout sur la technique. Donner la parole à des chefs opérateurs, à des artistes qui mettent en lumière et permettent au film de prendre vie. Quel plaisir pour tout cinéphile que d’entendre parler Henri Alkan ou encore Christophe Beaucarne. Le réalisateur va également donner son point de vue sur sa vision de l’œuvre et pourquoi il l’a faite ainsi. Notamment répondre à la question : « Pourquoi La Belle et La Bête est un film où 98% des plans sont retouchés numériquement ? » Avec ces interviews, on entre dans quelque chose de plus technique, de plus précis sur la conception du cinéma, mais les propos sont toujours très accessibles. Des réponses qui vont permettre d’apprendre, de soulever de nouvelles questions et d’amener au débat : « La Belle et La Bête, un conte pour petites filles ou pour adultes ? »

Amateurs de cinéma de genre et de sang, rassurez-vous, monsieur George Romero est également de la partie. Un reportage de huit minutes dans le DVD et une interview, lui sont consacrés. Le giallo est également de la partie avec le reportage « Le Musée des Horreurs » consacré à Dario Argento. Les deux monstres du cinéma fantastique sont présents et leurs ombres planent sur l’intégralité de l’ouvrage. Par ailleurs, le DVD offert avec l’ouvrage permet également de découvrir ou redécouvrir le classique du cinéma d’horreur : La Nuit des morts-vivants (George Romero, 1968). La copie est loin d’être parfaite, mais en attendant la sortie d’une vraie version remastérisée, on s’en contentera allègrement !

Vous l’avez compris, l’ouvrage Le Film Fantastique édité par Le Courrier du Livre est bon à mettre entre toutes les mains ! Les inconditionnels y trouveront leur compte grâce de magnifiques illustrations et de textes agréables à lire. Les néophytes curieux qui ont envie d’en savoir plus sur le cinéma fantastique et tout ce qu’englobe le genre y trouveront montagne d’informations sur les films qui le composent (cultes, mais pas que) et le genre en lui-même. Beaucoup de choses sont survolées, cinéastes et sous-genres tels que le giallo par exemple, mais pour un ouvrage facilement accessible et qui essaye de ratisser le plus large possible sans pour autant simplifier le propos, le pari est joliment réussi.

Le Film Fantastique | Broché • 176 pages • 24,90 €
25,5 x 25 cm

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *