[Critique] Red Rose réalisé par Sepideh Farsi

Red-Rose

Synopsis : “Téhéran, juin 2009, au lendemain de l’élection présidentielle usurpée. Le tumulte d’une ville qui tangue sous la « Vague verte » de contestation. Un appartement comme lieu de refuge. Un homme et une femme de deux générations différentes. Un téléphone portable et un ordinateur pour relayer les nouvelles de la révolte. Une histoire d’amour qui bouleversera le cours de deux existences.”


Présenté au TIFF 2014, le Toronto International Film Festival, Red Rose est un film qui aura mis son temps à paraître en Europe et plus précisément en France. Prêt d’un an pour être plus précis. Depuis, le film fût notamment présenté au Festival International du Film de Marrakech à la fin de l’année 2014, mais en repartie bredouille. Nouveau long-métrage de Sepideh Farsi, réalisateur iranien inconnu du grand public français, Red Rose se place comme une fiction au cœur d’une société réaliste. Drame intimiste au contexte social difficile, mais avant tout au message social déployé telle une bannière en pleine manifestation française, Red Rose est avant tout un film d’acteur.

Un film d’acteur. Un film porté par l’interprétation de ses acteurs, car Red Rose est un drame plus ambitieux que ce que l’on peut voir à l’accoutumée, car il s’agit d’un huis clos. Plaçant sa caméra au centre de la vague de contestation, le réalisateur contextualise son film en à peine quelques plans. Des plans brouillons, mais qui définissent et font percevoir aux spectateurs la détermination et la brutalité des mouvements de foule. Une foule enragée qui souhaite faire entendre sa colère suite au résultat d’une élection présidentielle usurpée. Puis, après le calme après la tempête. Poursuivis par la police, un groupe d’Iraniens prennent refuge dans un appartement. À qui est cet appartement ? Qui est cette femme qui va rester plus longuement dans cet appartement et que veut-elle ? Très rapidement, le récit met en place un jeu de séduction entre les deux personnages interprétés par Mina Kavani et Vassilis Koukalani. Les deux protagonistes qui prennent place au cœur de l’histoire de ce film. Deux personnages dont les histoires respectives vont constituer les arcs narratifs principaux.

Red-Rose-Film-1Red-Rose-Film-2

Au cœur de cette société qui se déchire et d’un récit qui use la corde sensible de la révolution, se trouve une histoire sentimentale. Une belle histoire à laquelle le spectateur va assister sans pouvoir intervenir. Contrairement aux drames et romances aux récits convenus, Red Rose ne prône pas l’immersion du spectateur. Bien au contraire, le spectateur ne reste que simple spectateur et doit faire face à cette histoire qu’il va voir évoluer au fur et à mesure de l’avancement du récit. Une histoire qui va grandir et qui va permettre aux personnages de se dévoiler l’un à l’autre, se dévoilant par de même aux spectateurs. Le spectateur assiste à ce spectacle émotionnel réaliste qui a ses grandeurs et ses faiblesses humaines et qui est surtout cohérent vis-à-vis de l’histoire et des personnalités des deux personnages. Malheureusement, Red Rose perd en force émotionnel et en cohérence lorsqu’il cherche à basculer entre la romance et le thriller social.

Le contexte social et la révolution de la “Vague Verte” ont une grande place dans le récit puisque c’est l’élément qui va rapprocher ou éloigner les personnages. Néanmoins, celui-ci n’est dans le final du film, plus qu’un simple prétexte, mais deviens un élément à part entière. Un élément qui va venir changer les choses d’une manière ou d’une autre. Cette séquence finale rapidement expédiée n’est pas en cohérence avec le restant du film. Red Rose est un film émotionnel et sensuel où vont se confronter deux personnalités. C’est beau, lent et langoureux, mais ce final vient entacher la perception du spectateur. Un propos compréhensible, mais qui laisse sans voix et perplexe. “Pourquoi ?” Telle est la question bête et méchante qui résumera cette fin qui fait retomber l’émotion et l’empathie que le spectateur pouvait posséder envers les personnages.

En Conclusion :

Red Rose est un film surprenant. Un huis clos dramatique sensuel et humain dans lequel vont se rencontrer et se confronter deux personnalités aux histoires que tout oppose. Le spectateur va les découvrir en même temps qu’eux-mêmes se découvrent. Une mise en scène simpliste, mais une réalisation qui ajuste suffisamment bien ses cadres pour faire ressentir aux spectateurs une sympathie immédiate envers les personnages. Deux acteurs magnifiques, qui se complètent et apportent au film toute l’humanité dont il a besoin. Néanmoins subsiste cette séquence finale incompréhensible qui fait retomber toute once d’émotion. On la comprend, mais elle n’apporte rien au récit, bien au contraire, elle l’ampute et laisse le spectateur sur un goût amer.


 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *