Crash Test Aglaé réalisé par Eric Gravel [Sortie de Séances Cinéma]

Synopsis : “L’histoire d’une jeune ouvrière psychorigide dont le seul repère dans la vie est son travail. Lorsqu’elle apprend que son usine fait l’objet d’une délocalisation sauvage, elle accepte, au grand étonnement de l’entreprise, de poursuivre son boulot en Inde. Accompagnée de deux collègues, elle va entreprendre un absurde périple en voiture jusqu’au bout du monde qui se transformera en une improbable quête personnelle.”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”110″]


En 2017, le nombre de premier film français vu en salles est devenu mon défi ! Il s’agit ici d’une comédie, quelque peu dramatique double défi du mois. Si depuis le début de l’année, les premiers films ont été charmeurs, mignons, bouleversants (pour certains), peu ont été décevants. De plus, la bande-annonce ne reflète pas ce que vous allez découvrir. Le sujet de départ est véridique : les trop nombreuses fermetures d’usines en France pour une délocalisation où la main-d’œuvre est moins cher. Sujet brûlant et d’actualité en cette période estivale qui nous prépare une rentrée lourde. Le film Crash Test Aglaé tombe-t-il au bon moment ? Oui… mais pour cela il faut qu’il soit vu par le plus grand nombre. Pourquoi ? Simplement parce que sous son aspect humoristique, le réalisateur montre une réalité : que faire des travailleurs quand une usine ferme pour s’implanter ailleurs ? Pourtant, au lieu de proposer une vision à la Ken Loach, Éric Gravel offre la vision opposée. Et si le travailleur acceptait finalement de partir récupérer son emploi dans le pays où l’usine sera délocalisée ? Ici, l’Inde !

En route pour la grande évasion !

Aglaé (dont la présentation de l’enfance a tout d’un mauvais conte de fée, Frédérique Bel est juste inattendue) décide donc de partir en Inde. Elle aime son métier, elle aime ce qu’elle fait et surtout elle ne supporte pas l’inattendu. Elle ne supporte pas qu’on change ses habitudes. Et surtout, l’Inde est le lieu où elle pourra exercer son sport préféré : le cricket ! Il fallait une excuse pour qu’elle parte. Mais elle n’a plus la possibilité de prendre l’avion pour y aller. Par grand hasard, elle arrive à embarquer Yolande Moreau et Julie Depardieu dans l’aventure.

En faisant confiance à deux actrices de talent (qui apportent pour l’une sa bonhomie naturelle et pour l’autre son côté lunaire), le réalisateur ne se trompe pas. Elles épaulent India Hair sur son parcours pour voyager de son usine à l’Inde. Et si au fur et à mesure du trajet, Marcelle (Yolande) puis Liette (Julie) vont faire leur halte, Aglaé va poursuivre coûte que coûte et jusqu’au bout son choix. En ce sens, le réalisateur révèle enfin pleinement à la caméra India Hair. Découverte l’année dernière à Cannes dans le nouveau film d’André Guiraudie, Rester verticale, elle a illuminé la Croisette avec une courte apparition dans Petit Paysan qui sortira le 30 août prochain. Dans ce premier film, elle offre son entièreté au point de s’effacer totalement dans son rôle et s’envoyer pleinement vers le crash. Comme tout crash test, soit vous rebondissez, soit vous vous écrasez. Aglaé devra donc rebondir !

En résumé, Crash Test Aglaé est une pure comédie empreinte de tendresse, d’humour et de poésie. Tout en n’omettant pas son sujet profond sur les délocalisations sauvages, le premier film d’Éric Gravel est également une invitation au voyage tout en proposant d’accepter le sel du quotidien que l’on appelle “l’imprévu”. Le tout porté par un trio magique, India Hair en tête.

[usr 3,5]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *