Constantine [Décryptage du Pilot]

Constantine-Pilot-Décryptage-Affiche

“Who would be crazy enough to ride with me ?”

“Les aventures de John Constantine, extralucide anticonformiste et torturé,  à la poursuite des anges et des démons qui hantent les rues de New York. Accompagné de Liv Parson, une jeune femme dont il a bien connu le père et qui a hérité de son don pour voir les morts, il essaye de faire régner la paix là où le mal veut s’installer…”

Après avoir connu une première vie au cinéma en 2005 par le biais du film Constantine, réalisé par Francis Lawrence avec dans le rôle-titre Keanu Reeves, secondé par Rachel Weisz et Shia LaBeouf, John Constantine revient parmi avec une nouvelle série télévisée qui se nomme tout simplement Constantine. Produite par NBC Television et mise à l’antenne dès le 24 octobre 2014 sur la chaîne NBC, Constantine s’annonce comme étant la série évènement de la rentrée 2014/2015 avec notamment The Flash (série dont on vous à parlé du pilot il y a quelques jours) ou encore Gotham. Que ce soit au cinéma ou sur le petit écran, les adaptations de comic book fleurissent comme jonquilles au soleil, mais la qualité n’est pas pour autant toujours au rendez-vous. Il suffit de voir ce pauvre Wolverine pour comprendre qu’un super-héro ou anti-héro peut se voir enterrer vivant et cela à plusieurs reprises histoire qu’il soit véritablement mort. NBC semble une chaîne peu adaptée sur le papier pour produire une série dont le personnage central est psychologiquement instable, fume cigarette sur cigarette (comme prévu, le personnage ne fume pas dans la série, ce qui est étonnant) et possède le don de voir des démons. C’est une mauvaise chose sur le papier seulement, car depuis quelques années, NBC a su renouveler son line-up avec des séries horrifiques ou tout simplement violentes qui disposent de véritables qualités que ce soit sur le plan narratif ou visuel. Hannibal, Dracula, Believe (même si la série a été annulée)… Il n’y a pas que des sitcoms sur NBC et avec Constantine, la chaîne va gagner une nouvelle série prometteuse et addictive.

John Constantine, homme torturé et antipathique à souhait, refait surface dans un hôpital psychiatrique où il est interné (volontairement ou pas…à vous de voir) pour folie. Son but est de tout oublier, mais il ne pourra pas échappé à on destin. Les démons sont parmi nous et lui seul peut nous en débarrasser. Sorte de super-héro du pauvre, John Constantine est un personnage attachant, car trouble et hors de contrôle. Aucune loi ou règle ne lui est imposée, il n’est pas un homme comme les autres. Il est John Constantine. Si on voudrait faire un rapprochement avec un tout autre personnage de série qui n’a pas les pieds sur terre, mais dont les aventures ont lieu dans un environnement réaliste, John Constantine serait le Hank Moody de son monde, sans le côté “addict” au sexe bien évidemment (personnage principal de la série Californication). John Constantine est un personnage indescriptible, mais un personnage attachant auquel on ne s’identifie pas, mais que l’on souhaite voir et revoir dans de nouvelles aventures. Presque immortel à nos yeux, il va d’un monde à l’autre et sauve les habitants de son monde des démons qui les hante et les entoure.

Clairement bien écrit, le pilot de cette série réussit à mettre en place correctement le personnage (brillamment interprété par Matt Ryan), tout en offrant aux personnages secondaires une place tout aussi importante. En plus d’avoir un pion central attachant et intrigant, la série propose une sélection de personnages secondaires tous plus intrigants les uns que les autres. Ceux dont on souhaite connaître le passé sont les personnages secondaires qui évoluent autour de John Constantine et en fonction de ses agissements. Rien ne se fait sans John Constantine, il est toujours là et le sera toujours, mais qui sont Live Parson, Manny et Chas ? Plusieurs branches vont pouvoir grandir indépendamment les unes des autres, tout en restant liées chacune l’une à l’autre grâce au personnage principal, qui a lui aussi sa part d’ombre et ses secrets.

Intelligemment construit, ce premier épisode surprend d’autant plus qu’il essaye par petite dose d’implanter dans ce monde fantastique, des petites touches d’horreur et quelques jump-scare. Ils ne sont pas bien nombreux, mais le ci peu, démontre que l’envie première des scénaristes, qui est de redonner ses lettres de noblesse au personnage et à ce qu’il représente, à savoir les démons, l’enfer… Maitrisée avec justesse, même si quelques effets spéciaux laissent à désirer, tout comme le design de certains démons, l’ambiance de ce pilot est suffisamment sombre pour rendre le propos crédible, sans non plus être terrifiante, grâce notamment à une colorimétrie qui jongle entre les néons lumineux et la noirceur de l’obscurité, afin de conserver un esprit grand public, dans le but (comme à l’habitude) d’avoir un public le plus large possible si le bouche à oreille se fait convenablement. Car oui, même si Constantine est un personnage connu des amateurs de comic book ou de cinéma, ce n’est pas un personnage attirant pour le grand public. Son univers est sombre, rempli de démons et de personnages torturés. John Constantine lui-même est un personnage farfelu, dont la folie ne voudrait même pas et que seul l’enfer accepte. Rien n’est présent pour que le public réponde à cet appel, mais si le bouche à oreille fonctionne et que ce pilot (leaké par le bon vouloir de la chaîne très certainement) fait son bout de chemin avec de bons retours comme celui-ci, la série pourrait avoir un public, puis son public si et seulement si le scénario ne se laisse pas en cours de route absorbée par le démon de la convenance.

4/5

Constantine-Pilot-Décryptage-Image-1 Constantine - Season Pilot Constantine - Season Pilot Constantine - Season PilotConstantine-Pilot-Décryptage-Image-5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *