C’est tout pour moi co-réalisé par Nawell Madani [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : “Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père.
Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve…
Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes.
A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste.
Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père.”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”153″]


Le cinéma est friand d’histoires vraies. Celles qui content le parcours initiatique de leur actrice ou de leur acteur principal. Ces moments de galères, de doute pour finalement accéder à la réussite. C’est tout pour moi, premier film de Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin ne déroge pas à la règle. Même si toute l’histoire n’est pas basée entièrement sur la vie de l’humoriste belge, Nawell Madani a mis beaucoup d’elle-même dans sa première réalisation. Elle est à la fois devant et derrière la caméra, par choix de la production plus qu’un caprice de star. L’humoriste aime plus que tout diriger les autres, mais la production en aura décidé autrement.

Une production laborieuse puisque le film fut interrompu suite au dépôt de bilan du producteur. Pourtant, Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin n’ont jamais baissé les bras pour proposer cette histoire d’une jeune fille (Lila) qui quitte sa Belgique natale pour la Ville Lumière au miroir aux alouettes déformant. Une capitale qui ne lui fait aucun cadeau alors qu’elle place toute son énergie et sa volonté dans la réussite. Certains passages semblent obligés comme l’audition ratée à cause d’une voiture, les problèmes d’argent et même un passage en prison. La co-réalisatrice n’a pas vécu toutes ces épreuves, mais elle tenait également à raconter les galères qu’ont vécues d’autres amies… Pourtant, cela reste une comédie !

Une comédie où l’on rit beaucoup grâce à l’abattage de Nawell Madani… ainsi que celui des autres acteurs de stand-up. On découvre dès lors que cet univers est loin d’être un espace amical et enchanteur. Enfin, le démarrage de l’histoire est jubilatoire, car il est traversé de la folie des jeunes actrices qui campent Lila et Malika jeunes en Belgique, tentant de contourner les interdictions paternelles. Un père qui n’est pas un comédien professionnel, mais un véritable chauffeur de taxi : Mimoun Benabderrahmane s’en sort avec les honneurs. Il est convaincant et apporte une touche d’humanité bienvenue. En effet, par moment, on pourra regretter une sorte de succession de mini-sketches.

Pour autant, il ne faut pas bouder son plaisir, car les réalisateurs dosent avec justesse : humour et émotion. Le scénario est suffisant habile pour entraîner le spectateur sur un chemin personnel. L’histoire fera raisonner une petite voix, car tout le monde a dû à un moment s’opposer à ses parents. Tout le monde a dû connaître des galères pour essayer d’arriver au sommet. Et les petites larmes versées accompagnent Lila vers le bonheur. Autour d’elle, une bande d’amies impayables, une grande sœur protectrice et un coach. Un homme qui va croire en elle. Il la fera travailler dur pour qu’elle ne soit pas qu’une artiste de stand-up mais bien une humoriste, une showoman : une actrice à part entière. On ne dira jamais assez combien François Berléand est le meilleur second rôle du cinéma français. Il arrive à mettre en lumière n’importe quelle personne en face de lui tout en ne lui faisant pas d’ombre. Nawell Madani a véritablement bien choisi son mentor qui excelle encore une fois ! Seul regret, le final qui se clôt sur le spectacle de Lila que l’on aurait tant aimé découvrir… mais ce sera pour un autre film ?

En résumé, de facture classique, le premier film co-réalisé par Nawell Madani cache sous le vernis de l’humour beaucoup de tendresse et d’émotion. Une histoire sympathique qui mérite d’être vue en salles. Une comédie rafraîchissante rappelant par moment Rocky (il y a même la course sur les marches parisiennes) où “la meilleure” triomphera de l’adversité !

[usr 3]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *