Batman V Superman [Décryptage B.O] Hans Zimmer V Junkie XL

Batman-v-Superman-OST-Zimmer-Junkie-XL

Synopsis : “Craignant que Superman n’abuse de sa toute-puissance, le Chevalier noir décide de l’affronter : le monde a-t-il davantage besoin d’un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d’un justicier à la force redoutable mais d’origine humaine ? Pendant ce temps-là, une terrible menace se profile à l’horizon…”

Article réalisé à quatre mains par Hadrizoui et Kevin


Batman V Superman est indiscutablement un divertissement de bonne facture et la bande originale ni est pas pour rien. D’un côté Hans Zimmer. Fidèle de Christopher Nolan depuis leur collaboration en 2005 pour le film Batman Begins, c’est avec naturel qu’il a rempilé sur les deux suites dédiée au chevalier noir avant de s’attaquer au thème de l’homme d’acier pour le film Man of Steel. Junkie XL est quant à lui un nouveau venu. Après avoir donné un maximum d’efforts afin de dynamiter les scènes d’action de Deadpool, il collabore une troisième fois (après The Amazing Spider-Man 2 et Man of Steel) avec Hans Zimmer pour donner à l’affrontement de la décennie un arrière goût d’apocalypse.

Tous deux, Hans Zimmer et Junkie XL ont élaborés des compositions grandiloquentes, des compositions qui ont du caractère et du punch permettant au film de conserver durant ses 2h33, un rythme qui ne faiblira à aucun moment. Ce qui déjà peut en déconcerter plus d’un, car le montage réalisé pour la sortie cinéma du film ne laisse absolument place à aucun temps mort. Mais la bande originale du long-métrage n’est pas à cette image pour autant. Lorsque l’on regarde le film, l’on discerne avec facilité les thèmes sonores des personnages.

Comme il a déjà été précisé, Hans Zimmer et Junkie XL  avaient déjà collaboré sur la bande originale de Man Of Steel, réalisé par le même Zack Snyder. On retrouve d’ailleurs le même motif de Superman dans des compos telles que  « This Is My World » ou « Day Of The Dead ». La ligne mélodique au piano, le plus souvent seul, sur fond d’harmonies simples et aériennes qui représentent là la solitude de l’étranger, venu du ciel et décrié par les humains.

Batman a quant à lui, droit à un thème de 14 minutes intitulé « Men Are Still Good ». Un thème beaucoup plus torturé et organique que celui de son confrère à collant. Il réunit les différentes phases psychologiques que traverse le justicier de Gotham. Pour se faire, il fait appel à un plus large panel d’instruments d’orchestre, agrémentés de sons électroniques identifiables dans la composition « Do You Bleed » notamment.

L’affrontement entre les deux héros correspond musicalement au motif principal de « Their War Here». Plus précisément, à 1 :28 de cette dernière. Il est composé d’ostinati de cordes ponctuées par des cuivres graves et rythmés par des percussions électroniques dont on a l’habitude. On retrouve par ailleurs, ce motif dans la composition « Black and Blue » (à 3 : 08) teinté par des cuivres (cors d’harmonie en tête) plus aigus et appuyés. Les percussions sont alors omniprésentes. C’est une manière simple de faire comprendre au spectateur/auditeur que le combat a gagné en intensité. Ce n’est pas rare de trouver ce genre de procédé dans le reste de la discographie de Hans Zimmer et de Junkie XL.

Les autres personnages du film ne sont pas en reste. On notera les apparitions de Lex Luthor, ponctuées par un thème puissant, mais surtout profond en terme de tessiture (ce qui correspond à l’écart entre la note la plus grave et la plus aigüe). Le piano grave et lourd en intro de « The Red Capes Are Coming » fait ensuite place à des mélodies plus joviales et désordonnées. Cela avant de mélanger les deux à 3 : 09 avec le même piano lourd accompagnant un violon et un alto.

Ce thème montre à lui seul l’ambivalence de la personnalité du Lex Luthor, campé par Jesse Eisenberg. Cette ambivalence est rendue d’autant plus visible lors de la réception tenue par Luthor durant laquelle la Valse N°2 de Dmitri Shostakovich est diffusée en guise d’accompagnement pour les invités. Musicalement à l’opposé du thème de Luthor, cette valse trahie le malaise de celui-ci, lorsqu’il s’agit d’exposer publiquement ses idées.

Enfin, Wonder Woman fait une entrée tonitruante dans le film. Son caractère et sa force sont audibles dans « Is She With You » avec un motif rythmiquement très régulier et joué au violoncelle électrique. Arrivée d’autant plus marquante que c’est un instrument que l’on retrouve uniquement pour son thème, ce qui accroche l’oreille du spectateur.

Batman V Superman : L’Aube de la Justice possède un montage visuel et sonore qui est à l’image de ce que propose le scénario du film : une accumulation de couches les unes sur les autres. Des arcs narratifs qui viennent se superposer et des thèmes sonores qui se chevauchent. Le résultat n’en demeure que plus brutal pour le spectateur, à cause de cette accumulation de compositions sonores auxquelles on ajoutera les nombreux bruitages. Le montage visuel fait que le montage sonore doit aller dans son sens. L’image repose ici sur le son afin de créer une dynamique d’action et mettre en avant un personnage, une émotion. Un son qui met en évidence les sonorités lourdes, les moments épiques des compositions musicales.

Quand on regarde le film, on entend essentiellement des bruits lourds, des compositions brutales et l’accumulation de thèmes qui possèdent tous leur propre sens, leur propre représentation de symboles. Quand on écoute la bande sonore, on voit un film qui se dessine. Un film avec ses moments d’actions, mais également ses disparités, ses baisses de régime et la complexité psychologique de ses personnages.

C’est en ça que cette bande originale s’avère très réussie. Hans Zimmer et Junkie XL réussissent par la simple force de leurs compositions à donner vie à un film. Un film qui possède ses tensions, ses moments forts et d’action, ainsi que ses émotions, moments de drames et de doutes. Le long-métrage dans sa globalité est ce qu’il est, possédant son lot de qualités et de défauts, mais la musique est tout autre si on l’écoute en dehors de la salle de cinéma. Elle prend une dimension particulière est donne vie au film que l’on aurait aimé voir. Le spectateur crée le film dans sa tête, le film qu’il aurait aimé voir s’il a été déçut en sortant de la salle de cinéma. Là est la force de la musique au cinéma en règle générale et plus particulièrement de cette bande originale réalisée à quatre mains.


Liste des Pistes de la Bande Originale

DISC 1

  1. Beautiful Lie (3:47)
  2. Their War Here (4:35)
  3. The Red Capes Are Coming (3:32)
  4. Day Of The Dead (4:02)
  5. Must There Be A Superman ? (3:59)
  6. New Rules (4:03)
  7. Do You Bleed ? (4:36)
  8. Problems Up Here (4:25)
  9. Black And Blue (8:31)
  10. Tuesday (4:01)
  11. Is She With You ? (5:47)
  12. This Is My World (6:24)
  13. Men Are Still Good (The Batman Suite) (14:04)

 

DISC 2 (Bonus Track)

  1. Blood Of My Blood (4:26)
  2. Vigilante (3:54)
  3. May I Help You, Mr. Wayne ? (3:28)
  4. They Were Hunters (2:46)
  5. Fight Night (4:20)

La grande question étant maintenant pourquoi deux disques dont un second officiellement nommé “Disc 2 (Bonus Track)” ? Tout en sachant que les pistes ne sont pas des remix de pistes déjà existantes sur le premier disque, mais bien des compositions que l’on retrouve dans le film. Elles auraient complètement eu leurs places et n’auraient pas créé de perturbation au sein des pistes du premier disque.


[supsystic-slider id=15 ]

Commentaires Facebook

1 commentaire sur “Batman V Superman [Décryptage B.O] Hans Zimmer V Junkie XL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *