Barry Seal : American Traffic réalisé par Doug Liman [Sortie de Séance Cinéma]

Synopsis : « L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des États-Unis. »


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position « je m’installe comme à la maison » ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”126″]


Quelques mois après The Wall, thriller de guerre politique questionnant la situation des soldats américains sur le sol irakien, Doug Liman revient avec Barry Seal : American Traffic, un biopic sur la vie de ce fameux pilote américain, Barry Seal. Le film raconte comment le pilote de la TWA est devenu, à la fois trafiquant de drogue tout en travaillant pour la CIA dans les années 70, Barry Seal ayant joué un rôle important dans le renseignement sur le cartel de Medellín dirigé par Pablo Escobar. Doug Liman collabore pour la deuxième fois avec l’acteur Tom Cruise après le film de science-fiction Edge of Tomorrow.

Nul doute que Doug Liman a vu dans son nouveau film l’opportunité de retrouver la comédie grinçante qui faisait la fraicheur du film Edge of Tomorrow. Il trouve en Tom Cruise l’interprète idéal pour signer un portrait critique de l’Amérique des années 70. On retrouve, par ailleurs, la « patte » du cinéaste dans la mise en scène de cette reconstitution. Un montage rythmé entre des images d’archives authentiques et truquées. Un réalisme de l’image qui se rapproche d’un aspect documentaire lorsqu’il s’agit de filmer l’action caméra à l’épaule, de manière nerveuse et immersive.

Tom Cruise connait ses belles heures chez Doug Liman depuis “Edge of Tomorrow”

Doug Liman se veut par ailleurs auteur et politique depuis Edge Of Tomorrow, en passant par le récent The Wall. Il fait du personnage de Barry Seal son alter ego. Le film épouse son point de vue et livre une relecture de l’histoire américaine racontée par le protagoniste qui enregistre son histoire sur des VHS (on retrouve une nouvelle fois le rapport du cinéaste au réalisme des images). Le film questionne habilement la confusion entre l’image et le réel, le vrai du faux dans l’histoire américaine et la manière dont elle est racontée. Le récit mélange l’archive de l’époque et les images tournées, intégrant l’acteur Tom Cruise dans de fausses images télévisuelles des années 70. Le film tire son meilleur parti pris dans un montage efficace et trompeur, où Doug Liman s’approprie sa propre vision, notamment dans un portrait grinçant de la CIA avec le personnage de l’agent Schafer, interprété par un Domhnall Gleeson hilarant.

Le film se permet de purs moments de comédie burlesque réussis, à l’image de Edge of Tomorrow et des morts répétitives de son protagoniste qui revit la même journée dans une boucle temporelle. Dans cette deuxième collaboration, le cinéaste parvient à emmener l’acteur encore plus loin de son statut “d’Action Hero”. Après la figure de lâche dans Edge of Tomorrow, l’acteur apparaît dans le rôle de Barry Seal comme un opportuniste qui se sort de toutes les situations possibles tout en étant bien loin de ses performances de cascadeur dans la saga Mission Impossible. Liman emmène une nouvelle fois Tom Cruise vers une performance qui apporte une certaine fraicheur plutôt bienvenue dans la filmographie de l’acteur.

Cependant, si le cinéaste parvient à donner une forme et une écriture soignée qui sort des sentiers battus du biopic conventionnel américain, on pourrait lui reprocher de ne pas aller au bout de sa réflexion sur une Amérique en pleine guerre froide. Le film se limite dans sa satire politique, Doug Liman préférant rester sur son concept de « comédie » au lieu de s’aventurer vers un film plus politique. Un reproche que l’on pouvait déjà faire sur son précédent film The Wall, dont la réflexion politique ne dépassait pas le prétexte d’un film de guerre tendu et maitrisé sur la forme. Malgré un style qui devient de plus en plus reconnaissable dans le paysage du blockbuster depuis le très bon  Edge of Tomorrow, Doug Liman a encore du chemin à faire avant d’atteindre le véritable statut d’auteur. On retrouve ici le même défaut du maitrisé The Wall; une réflexion qui se limite à son genre. Barry Seal : American Traffic reste néanmoins une comédie divertissante portée par la performance de son acteur, dont les retrouvailles avec le cinéaste sont déjà prévues pour la suite du film Edge of Tomorrow en 2019.

[usr 3]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *