[Critique] Arrête ou Je Continue

 Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Affiche

“Pomme et Pierre.
Ils sont ensemble depuis longtemps. Trop longtemps ?
Ils sont pris dans cette combine qu’est devenu leur couple, ce discret désastre, pris dans ce numéro qui se joue presque malgré eux.
“Arrête ou je continue” l’un comme l’autre pourrait le dire.
Ils ont l’habitude de longues marches en forêt. Au cours de l’une d’elle, Pomme refuse de rentrer. Non. Juste non. Qu’il lui file le kway, qu’il lui file le pull, qu’il lui file le sac, elle reste…
Elle disparaît dans les taillis. Sans fracas…”

Arrête ou Je Continue est le cinquième, sixième ou septième film de Sophie Fillières ? Si on regarde de près sa filmographie, sans tenir compte des courts-métrages quelle a pu mettre en scène, ce nouveau film serait son septième long-métrage, mais quels sont ses autres films et au final qui est Sophie Fillière ? Issue de la première promotion de la Femis, section réalisation tout comme une certaine Noémie Lvovsky qui a connue la reconnaissance du public en 2012 avec l’excellent Camille Redouble, Sophie Fillière n’a pas eu la même chance que sa comparse et doit maintenant tenter de sortir de son ombre. Malheureusement, ce n’est pas avec ce film qu’elle aura connue le succès, puisque paru en salles le 5 mars 2014, Arrête ou Je Continu a rassemblé seulement 66232 spectateurs dans les salles de cinéma. C’est ce qu’on appelle en toute simplicité : un bide. À cause d’une promotion marketing inexistante, personne n’avait connaissance de la simple existence de ce film, malgré la présence au casting de deux noms bien connus du cinéma français : Mathieu Amalric et Emmanuelle Devos. Il faut donc croire qu’aucun producteur ou presque ne croyait en ce film, mais pourquoi ?

Présenter ce long-métrage est tout simple et c’est peut-être le problème principal du film, mais pourquoi tenter de rendre compliqué en le décrivant avec un synopsis aussi incompréhensible que celui dont dispose Arrête ou Je Continue ? Pour faire simple, Pomme et Pierre vivent ensemble depuis longtemps. Ils se connaissent particulièrement bien et n’ont plus rien à apprendre l’un de l’autre, mais est-ce pour autant la fin de leur couple ? Ne seraient-ils finalement pas plus heureux chacun de leur côté ? Arrête ou Je Continu met en lumière un couple qui ne s’aime plus, mais qui essaye de s’aimer. Ils sont finalement aussi compliqués que la personne qui a tenté de rendre le film complexe avec un synopsis qui n’a pas lieu d’être. Lorgnant davantage vers le drame, tout en conservant quelques traits d’humour au travers des dialogues et de quelques situations qui tiennent plus du burlesque que d’autres styles d’humour, ce film peine à nous faire rire ou sourire parce qu’il traite avant tout de la tristesse que peuvent ressentir les deux membres qui composent ce couple et plus particulièrement Pomme incarnée par Emmanuelle Devos. Maladroite et déconnectée du monde, Sophie Fillière ne présente pas son personnage instantanément, mais laisse le spectateur découvrir ce personnage dérangeant et dérangé, au fur et à mesure de l’avancement du film. On peut la croire malade alors qu’elle ne l’est pas, mais pourquoi est-elle ainsi ? Est-ce cette détresse émotionnelle qui la rend comme cela ou traine-t-elle quelque chose qui la hante depuis quelque temps ? Le spectateur se pose beaucoup de questions sur ce personnage et envisage le pire. La comédie n’est pas de situation, contrairement au drame qui est clairement au centre de cette atmosphère pesante, anxiogène, mais pas oppressante. On se demande si on doit s’inquiéter ou non et tout comme le film, le spectateur ne sait pas comment réagir. Doit-on être ému ou doit-on en rire ? Durant toute sa première partie, le film tente désespérément de faire sourire, mais il n’y arrive pas, car le ton général n’est pas suffisamment souple pour permettre à la comédie (burlesque ou non) de s’installer et rendre le propos moins dramatique qu’il ne l’est.

Pour permettre au film d’apparaître moins manichéen qu’il ne l’aurait pu l’être et lui permettre de sortir des sentiers battus, la réalisatrice a opté pour un montage saccadé et une mise en scène théâtrale permettant à la caméra d’exploité au mieux la performance d’une Emmanuelle Devos en plein one-woman-show. Centrale au film, Emmanuelle Devos porte à elle seule l’intégralité des enjeux émotionnels que possède le film. Bien que l’aspect comédie du film soit presque inexistant, Arrête ou Je Continue reste un film aux enjeux dramatiques omniprésents. La peur du changement et l’appréhension du lendemain sont les deux thématiques principales qui composent le scénario de ce film et ils s’avèrent être bien traités grâce à une mise en scène qui exacerbe l’excellente prestation de son actrice principale. Se reposant presque intégralement sur le personnage de Pomme (mise en scène comme scénario), incarnée par Emmanuelle Devos, cette dernière n’avait pas le droit à l’erreur et remplit le cahier des charges avec brio. Émouvante et attachante, tout en réussissant à rendre son personnage naturel, malgré une mise en scène théâtrale, Emmanuelle Devos porte sur ses frêles épaules les enjeux émotionnels du long-métrage, mais pas que, puisque sans elle, il n’y aurait tout simplement pas de film. Arrête ou Je Continu n’est pas un film surprenant ou atypique comme il aurait souhaité l’être. Un montage trop saccadé, une seconde partie qui manque cruellement de rythme, une réalisation insipide et une bande sonore inexistante, mais il reste un scénario correct aux enjeux limpides et un casting porté par une Emmanuelle Devos resplendissante, touchante et attachante. Néanmoins, on regrettera une prestation très décevante de la part de Mathieu Amalric qui se contente de donner la réplique aux personnages féminins sans donner de relief à ses dialogues.

2.5/5

Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_3Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_4 Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_1 Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_6 Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_2 Arrête_ou_Je_Continue_Critique_Image_5

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *