Angry Birds – Le Film (Critique | 2016) réalisé par Clay Kaytis et Fergal Reilly

Angry-Birds-Film-Critique-Banner

Synopsis : “Ce film nous amène sur une île entièrement peuplée d’oiseaux heureux et qui ne volent pas – ou presque. Dans ce paradis, Red, un oiseau avec un problème de colère, le très pressé Chuck, et l’imprévisible Bomb ont toujours été mis à l’écart. Mais lorsqu’arrivent des cochons verts mystérieux sur l’île, ce sera la mission de ce groupe de parias de découvrir ce que trament les cochons.”

Application lancée par la société finlandaise Rovio en 2009, Angry Birds est très rapidement devenu un phénomène de société. Grâce à l’avènement des smartphones et des appareils permettant de jouer durant les trajets de bus ou de métro, Angry Birds a réussi à conquérir le cœur de millions de personnes. Des personnes et non pas des “gamers” à proprement parler. Angry Birds est un jeu dans l’air du temps, un jeu à consommation rapide, à l’image de notre société qui cherche à aller toujours plus vite. On lance l’application, on joue  deux minutes et on arrête. Le but du jeu est extrêmement simple (lancer des oiseaux à l’aide d’un lance-pierre, sur des cochons). C’est complètement con, il faut le dire, mais c’est simple, sans prise de tête, pas chère, et très addictif. La recette fonctionne tellement bien que l’application a été téléchargée à plus d’un milliard de reprises à peine trois ans après son lancement. Des versions spéciales du soft ont également vu le jour lors de diverses occasions, telles que la sortie du film d’animation Rio. Véritable phénomène, Angry Birds est rapidement devenu une marque à part entière. Bandes Dessinées, peluches, jeux vidéos pour consoles de salon cette fois (PlayStation, Xbox, PC…) et maintenant long métrage d’animation. Ce long métrage n’est donc en rien une surprise, mais est-ce pour autant une bonne idée ?

Développé et produit par la Sony Pictures Entertainement, on ne peut pas dire que le projet Angry Birds – Le Film a immédiatement rencontré un fier succès auprès des internautes. Dans une industrie où l’innovation et la créativité commencent à faire de plus en plus défauts, voir débarquer sur grand écran la firme Angry Birds n’est en rien surprenant. Mais ce n’est pas rassurant pour autant. Angry Birds Le Jeu, où l’histoire d’oiseaux qui sont lancés par le joueur dans le but de détruire des cochons en un minimum de coups. Avec un synopsis de base tel que celui-ci, les internautes ont clairement eu de quoi s’affoler. Néanmoins, il faut croire que la firme Sony avait de la suite dans les idées. Scénariste de plusieurs épisodes de la série Les Simpson, mais également de longs métrages d’animation comme L’Age de Glace 2, Alvin et les Chipmunks ou encore Les Simpson – Le Film, Jon Vitti c’est attelé à la lourde tâche d’offrir à ce jeu – au background scénaristique plus que limité – une véritable histoire. Ce qu’il a fait d’assez belle manière. Usant du titre du jeu comme simple postulat de départ, il a autour de ce titre, développé une histoire qui va dans un premier temps tourner autour d’un protagoniste méprisant et colérique. Red représente le stéréotype même du personnage auquel il n’arrive rien de bien depuis son enfance. Celui qui va partir de zéro et qui grâce aux événements du film devrait devenir un véritable héros. Rien de bien surprenant, mais au travers de son scénario, Jon Vitti ne se focalise pas sur la bonne avancée de la trame principale et sur les enjeux de cette dernière.

Angry-Birds-Film-Image-1Angry-Birds-Film-Image-2


Au contraire, le scénario prend son temps et prend le temps d’introduire et caractériser chacun des personnages principaux et secondaires qui vont apporter quelque chose au film. Ce qui va permettre à l’histoire de prendre une toute autre tournure à l’arrivée des cochons et devenir non plus une simple comédie d’animation, mais d’embrasser le genre de l’aventure et de l’action. L’attachement vis-à-vis des personnages va être réalisé durant la première partie du film, permettant à la seconde d’être encore plus forte, en plus d’être visuellement virevoltante. Lisse et sans originalité durant la première moitié du film, la réalisation signée Clay Kaytis et Fergal Reilly prend son envol à l’occasion d’une seconde moitié où le mot d’ordre est : explosif. Le numérique est ici parfaitement utilisé et permet aux plans d’envolées des oiseaux une autre proportion. Les plans sont plus longs et les mouvements diffèrent d’un personnage à l’autre. Quelques fulgurances ici et là permettent au film de gagner en richesse tout en mettant en avant l’action. Explosif et dynamique grâce à un montage et découpage sans réelles fausses notes, cette seconde partie réveil le film et laisse le spectateur sur une bonne note.

Plus qu’une simple adaptation, Angry Birds – Le Film ne se contente pas d’être un film durant lequel vont se succéder les clins d’œil à la licence. Ces derniers sont judicieusement disséminés et vont avoir un impact sur l’avancée de l’histoire. L’utilisation du lance-pierre notamment, n’est pas qu’un simple ressort comique, mais a bel et bien une utilité au sein du récit. On est loin de la prouesse scénaristique, mais au vu de la simple base sur laquelle reposait la licence, ça reste surprenant et dans le bon sens du terme. Surprenant également sur le plan technique. Encore une fois, loin de nous ébahir ou de nous faire perdre la vue, Angry Birds – Le Film possède quelques jolis plans, ainsi qu’une direction artistique de qualité. Chatoyante, la direction artistique restaure parfaitement l’univers utopique et coloré que la licence avait pu instaurer notamment au travers du jeu. Les couleurs sont vives, chaudes et aux textures détaillées ce qui donne du cachet et de la vie à cet univers idyllique. Quelques textures manquent de finesse, mais globalement c’est une réussite visuelle dont la 3D ne gâche rien, mais au contraire permet de gagner en profondeur de champ lors des moments d’actions. Chose suffisamment rare pour que l’on ait besoin de le préciser.


En Conclusion :

Angry Birds – Le Film n’était de notre côté pas une grande attente, bien au contraire. Finalement, il faut croire qu’il ne faut jamais juger avant d’avoir vu, parce qu’il s’avère être finalement un divertissement, un film d’animation de qualité. Loin de révolutionner le genre, grâce à un scénario suffisamment bon, même si prévisible et aux personnages stéréotypés, à quelques moments assez drôles notamment grâce à son protagoniste colérique et à une direction artistique de qualité, Angry Birds – Le Film surprend. Il a ses défauts, mais a également ses qualités indéniables qui permettront aux petits comme aux grands de passer un bon moment.

[usr 2.5]


Commentaires Facebook

1 commentaire sur “Angry Birds – Le Film (Critique | 2016) réalisé par Clay Kaytis et Fergal Reilly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *