Demain Tout Commence réalisé par Hugo Gélin [Sortie de Séance Cinéma]

demain-tout-commence-film-affiche

Synopsis : “Samuel vit sa vie sans attaches ni responsabilités, au bord de la mer sous le soleil du sud de la France, près des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans trop se fatiguer. Jusqu’à ce qu’une de ses anciennes conquêtes lui laisse sur les bras un bébé de quelques mois, Gloria : sa fille ! Incapable de s’occuper d’un bébé et bien décidé à rendre l’enfant à sa mère, Samuel se précipite à Londres pour tenter de la retrouver, sans succès. 8 ans plus tard, alors que Samuel et Gloria ont fait leur vie à Londres et sont devenus inséparables, la mère de Gloria revient dans leur vie pour récupérer sa fille… “


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…

cinetick[maxbutton id=”19″]


Alors, Demain Tout Commence est une œuvre française au postulat et aux idées de casting intéressantes. D’un côté le très populaire Omar Sy, de l’autre la méconnue Clémence Poesy. Deux acteurs français qui ont fait carrière, mais pas dans le même pays, Clémence Poesy étant partie très tôt vivre et faire carrière en Angleterre. L’occasion de réunir deux acteurs qui sur le papier, n’étaient pas forcément destinés à se retrouver. Vendu par sa bande-annonce comme une comédie dramatique où le drame serait occulté par la jovialité et l’entente humaine et sincère entre les personnages, Demain Tout Commence est en réalité une œuvre à des lieues de ça. Une œuvre sincère dans l’interprétation de ses acteurs et dans l’intention du réalisation, mais avant tout énervante dans sa manière de faire et à cause d’un scénario régi par l’ultra-conformisme du cinéma d’émotion français comme international.

Demain Tout Commence est un drame qui se veut humain et humaniste. Un drame où les émotions que vont ressentir les personnages sont tout à fait naturelles et humaines. Tout est fait pour que le spectateur s’attache rapidement au protagoniste interprété par Omar Sy. Omar Sy, dont l’image est celle de l’acteur extrêmement attachant, bienveillant et au rire communicatif. Il ne faut pas grand-chose pour rendre le personnage attachant, tant l’homme s’avère l’être. Le scénario va donc s’appuyer là-dessus. S’appuyer sur la personnalité de l’acteur – et non sur une quelconque caractérisation du personnage – et enchaîner les situations, toutes plus naturelles, humaines, mais avant tout faciles et conventionnelles au possible pour bien faire comprendre au spectateur que ce personnage est un homme bon auquel il arrive des choses inconcevables. Un scénario manichéen et à la simplicité accablante (qui sur la fin utilise le désormais culte “ta gueule c’est magique” ou plutôt “ta gueule et pleure”), qui en arrive à devenir naïf et énervant, car beaucoup trop sirupeux et surréaliste dans le changement de position des personnages. Trop de facilités et de grandiloquences tuent l’émotion et le réalisme de l’histoire.

La direction de la photographie extrêmement lumineuse renforce cette empathie que va ressentir le spectateur à l’égard des personnages. Un beau contraste avec les émotions fortes que ressentent les personnages, mais il n’en reste pas moins un drame raté. Un drame qui se veut grand public et grand spectacle dans sa technique qui tient presque du blockbuster. Et ce, tant dans la réalisation, que dans le montage et l’utilisation de la bande originale. Omniprésente, cette dernière occulte totalement l’image et la mise en scène de Hugo Gélin. La musique et les compositions toutes plus conventionnelles les unes que les autres (chaque séquence à sa composition, triste ou joyeuse) dictent aux spectateurs s’ils doivent rire ou pleurer. Le spectateur est guidé par la main, confortablement installé, un flingue sur la tempe : rigole et pleure.

Oui, le film est dramatique. Oui, ce qui arrive à ces personnages est tragique et horrible. Oui, les acteurs sont irréprochables et dégagent une sincérité émotionnellement forte provoquant à eux seuls une tendresse du spectateur envers les personnages. Mais, non, Demain tout Commence n’en est pas pour autant une franche réussite. Simplement une œuvre portée par des acteurs sincères et touchants, mais complètement raté sur tous les autres points. Que Hugo Gélin revienne à quelque chose de plus terre à terre, plus simple, moins dans le grand spectacle tant visuel qu’émotionnel. Trop c’est trop.

[usr 1,5]

[ctt template=”5″ link=”RSDvp” via=”yes” ]”Alors T’as Aimé ?” | Des acteurs sincères/touchants ne sauvent pas un film au scénario sirupeux. #DemainToutCommence via @CineCinephile[/ctt]


Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *