Don’t Breathe réalisé par Fede Alvarez [Sortie de Séance Cinéma]

dont-breathe-la-maison-des-tenebres-critique-affiche

Synopsis : “Pour échapper à la violence de sa mère et sauver sa jeune sœur d’une existence sans avenir, Rocky est prête à tout. Avec ses amis Alex et Money, elle a déjà commis quelques cambriolages, mais rien qui leur rapporte assez pour enfin quitter Détroit. Lorsque le trio entend parler d’un aveugle qui vit en solitaire et garde chez lui une petite fortune, ils préparent ce qu’ils pensent être leur ultime coup. Mais leur victime va se révéler bien plus effrayante, et surtout bien plus dangereuse que ce à quoi ils s’attendaient…”


Les lumières de la salle de cinéma s’allument, tu te repositionnes sur ton siège pour avoir fière allure parce que la position “je m’installe comme à la maison” ce n’est pas trop ça, et là, ton ami(e) se retourne vers toi et te pose la question fatidique…
cinetick

Alors, Don’t Breathe – La Maison des Ténèbres est la nouvelle réalisation de Fede Alvarez à qui l’on doit en 2013, le remake du film culte réalisé par Sam RaimiEvil Dead. Remake très efficace, car gore à souhait là où le cinéma d’horreur c’est aujourd’hui enfermé dans un système ou règne le conformisme et l’ouverture au grand public. Avec cette nouvelle réalisation, il signe un home invasion (à savoir un film où une personne ou un groupe de personnes, vont tenter de pénétrer une habitation où vie une ou plusieurs autres personnes) intense qui ne laissera pas la moindre seconde de répit au spectateur qui aura réussi à se prendre au jeu.

Fede Alvarez joue avec le spectateur. Dès l’entrée dans cette maison des ténèbres, il use du fameux procédé dit du Fusil de Tchekhov, donnant toutes les cartes aux spectateurs. Spectateurs qui vont être dans l’attente et le questionnement. Que va-t-il se dérouler par la suite et comment vont être utilisés ces lieux et objets mis en valeur ? Un montage et découpage au millimètre, ainsi qu’une mise en scène au cordeau jouant astucieusement avec chaque recoin de la maison, vont permettre au long-métrage de ne pas perdre la dynamique instaurée dès son ouverture. Mention spéciale à la prestation d’acteur de Stephen Lang et à la direction d’acteur de Fede Alvarez, qui font tous deux de ce personnage d’aveugle, une créature démoniaque omniprésente et terrifiante tant dans le travail sur son souffle que dans ses déplacements. Intense et nerveux, aucun répit de possible. Prenez une bonne inspiration et entrez dans la maison des ténèbres.

[usr 4]

[ctt template=”5″ link=”8LcfS” via=”yes” ]”Alors T’as Aimé ?” Fede Alvarez met en scène un home invasion intense et oppressant. #DontBreathe via @CineCinephile[/ctt]


 

Commentaires Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *